Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 00:00

 

 

 

Conte d'Andersen

    Maintenant, c'est moi qui raconte ! dit le vent.
    - Non, si vous permettez, protesta la pluie, c'est mon tour à présent ! Cela fait des heures que vous êtes posté au coin de la rue en train de souffler de votre mieux.
    - Quelle ingratitude ! soupira le vent. En votre honneur, je retourne les parapluies, j'en casse même plusieurs et vous me brusquez ainsi !
    - C'est moi qui raconte, dit le rayon de soleil. Il s'exprima si fougueusement et en même temps avec tant de noblesse que le vent se coucha et cessa de mugir et de grogner ; la pluie le secoua en rouspétant : «Est-ce que nous devons nous laisser faire ! Il nous suit tout le temps. Nous n'allons tout de même pas l'écouter. Cela n'en vaut pas la peine. » Mais le rayon de soleil raconta :
    Un cygne volait au-dessus de la mer immense et chacune de ses plumes brillait comme de l'or. Une plume tomba sur un grand navire marchand qui voguait toutes voiles dehors. La plume se posa sur les cheveux bouclés d'un jeune homme qui surveillait la marchandise ; on l'appelait « supecargo ». La plume de l'oiseau de la fortune toucha son front, se transforma dans sa main en plume à écrire, et le jeune homme devint bientôt un commerçant riche qui pouvait se permettre d'acheter des éperons d'or et échanger un tonneau d'or contre un blason de noblesse. Je le sais parce que je l'éclairais, ajouta le rayon de soleil.
    Le cygne survola un pré vert. Un petit berger de sept ans venait juste de se coucher à l'ombre d'un vieil arbre. Le cygne embrassa une des feuilles de l'arbre, laquelle se détacha et tomba dans la paume de la main du garçon. Et la feuille se multiplia en trois, dix feuilles, puis en tout un livre. Ce livre apprit au garçon les miracles de la nature, sa langue maternelle, la foi et le savoir. Le soir, il reposait sa tête sur lui pour ne pas oublier ce qu'il y avait lu, et le livre l'amena jusqu'aux bancs de l'école et à la table du grand savoir. J'ai lu son nom parmi les noms des savants, affirma le soleil. Le cygne descendit dans la forêt calme et se reposa sur les lacs sombres et silencieux, parmi les nénuphars et les pommiers sauvages qui les bordent, là où nichent les coucous et les pigeons sauvages.
    Une pauvre femme ramassait des ramilles dans la forêt et comme elle les ramenait à la maison sur son dos en tenant son petit enfant dans ses bras, elle aperçut un cygne d'or, le cygne de la fortune, s'élever des roseaux près de la rive. Mais qu'est-ce qui brillait là ? Un ouf d'or. La femme le pressa contre sa poitrine et l'œuf resta chaud, il y avait sans doute de la vie à l'intérieur; oui, on sentait des coups légers. La femme les perçut mais pensa qu'il s'agissait des battements de son propre cœur. A la maison, dans sa misérable et unique pièce, elle posa l'œuf sur la table. « Tic, tac » entendit-on à l'intérieur. Lorsque l'œuf se fendilla, la tête d'un petit cygne comme emplumé d'or pur en sortit. Il avait quatre anneaux autour du cou et comme la pauvre femme avait quatre fils, trois à la maison et le quatrième qui était avec elle dans la forêt, elle comprit que ces anneaux étaient destinés à ses enfants. A cet instant le petit oiseau d'or s'envola.
    La femme embrassa les anneaux, puis chaque enfant embrassa le sien ; elle appliqua chaque anneau contre son cœur et le leur mit au doigt.
    Un des garçons prit une motte de terre dans sa main et la fit tourner entre ses doigts jusqu'à ce qu'il en sortît la statue de Jason portant la toison d'or.
    Le deuxième garçon courut sur le pré où s'épanouissaient des fleurs de toutes les couleurs. Il en cueillit une pleine poignée et les pressa très fort. Puis il trempa son anneau dans le jus. Il sentit un fourmillement dans ses pensées et dans sa main. Un an et un jour après, dans la grande ville, on parlait d'un grand peintre.
    Le troisième des garçons mit l'anneau dans sa bouche où elle résonna et fit retentir un écho du fond du cœur. Des sentiments et des pensées s'élevèrent en sons, comme des cygnes qui volent, puis plongèrent comme des cygnes dans la mer profonde, la mer profonde de la pensée. Le garçon devint le maître des sons et chaque pays au monde peut dire à présent : oui, il m'appartient.
    Le quatrième, le plus petit, était le souffre-douleur de la famille. Les gens se moquaient de lui, disaient qu'il avait la pépie et qu'à la maison on devrait lui donner du beurre et du poivre comme aux poulets malades ; il y avait tant de poison dans leurs paroles. Mais moi, je lui ai donné un baiser qui valait dix baisers humains. Le garçon devint un poète, la vie lui donna des coups et des baisers, mais il avait l'anneau du bonheur du cygne de la fortune. Ses pensées s'élevaient librement comme des papillons dorés, symboles de l'immortalité.
    - Quel long récit ! bougonna le vent.
    - Et si ennuyeux ! ajouta la pluie. Soufflez sur moi pour que je m'en remette. Et le vent souffla et le rayon de soleil raconta :
    - Le cygne de la fortune vola au-dessus d'un golfe profond où des pêcheurs avaient tendu leurs filets. Le plus pauvre d'entre eux songeait à se marier, et aussi se maria-t-il bientôt.
    Le cygne lui apporta un morceau d'ambre. L'ambre a une force attractive et il attira dans sa maison la force du cœur humain. Tous dans la maison vécurent heureux dans de modestes conditions. Leur vie fut éclairée par le soleil.
    - Cela suffit maintenant, dit le vent. Le soleil raconte depuis bien longtemps. Je me suis ennuyé !
    Et nous, qui avons écouté le récit du rayon de soleil, que dirons-nous ? Nous dirons : «Le rayon de soleil a fini de raconter».

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cerise-deco (cerisette) 04/08/2011 22:03


j'espère que tu vas bien , je vais bientôt avoir mes enfants et petits enfants à la maison , je sens que cela va être plutôt speed , je pense que tu es également en vacances , alors profites en
bien
biosus


René-Pierre 04/08/2011 20:50


Bonsoir Flo,
Moi et Florence nous sommes très content que tu es visionnée le diaporama sur la prière, car c'est en pensant à toi que je l'ai remis à nouveau ce jour.
Tu comptes beaucoup pour nous Flo, et nous voulons plus que tout ton bonheur, nous sommes heureux pour toi que tu partages ta vie avec Fla, et Florence et moi nous vous embrassons...
Dieu et son fils sont vivant, je ne vais pas te raconté mon témoignage ce soir en entier, mais te partager, une partie qui m'est arrivé, un 17 mars 2005 à environ 2 heures du matin, j'étais en
pleure, je n'arrivais pas à dormir tellement les angoisses étaient fort, et j'ai dis simplement Seigneur parle moi, je t'en prie, je n'en peux plus de cette situation professionnelle, et je ne sais
pourquoi j'ai pris la bible est elle s'est ouverte sur Esaie 41 verset 10 à 16, et depuis ce jour je bénis le seigneur de m'avoir exaucé, tout est en ce réalise petit à petit mot pour mot, et le
dernier cadeau de mon papa du ciel, c'est que je viens de signer un bail pour une villa, avec 3 chambres + une grande salle d'eau avec baignoire à l'étage, au rez-de-chaussée, Cuisine, séjour, wc
et une grande terrasse couverte et un très grand jardin le tout tout neuf, c'est une location qui est de 43 euros moins chers de ma résidence. Je dis merci Seigneur, nous avons déjà signé le bail
et notre déménagement est prévue pour le samedi 29 au 31 octobre 2011.
Dieu est amour et nous croyons que tu vas aussi bénéficier de ses nombreux bienfaits, parce que Dieu t'aime.
Avec toute notre affection,
Mille Bisous René et Florence


jean-philippe 04/08/2011 19:45


Bonsoir Flo' !! Mais tu sais que c'est de toute beauté cette histoire ? si si !! j'aime beaucoup ! ton blog est toujours aussi charmant ! bel été à toi !


marithe 04/08/2011 18:39


rayon de soleil ?? c'est quoi ?????


mentale 04/08/2011 18:23


Un gros bisou en passant!!


Tatarinette:0071: 04/08/2011 18:00


Ben moi je ne me suis pas ennuyée!! Bisous Flo


zazou 04/08/2011 16:45


Andersen est un des plus beaux conteurs. Mais quand je l'enseigne à mes élèves, je fais du tri. Je n'enseigne plus la petite fille aux allumettes par exemple. A chaque fois, j'ai envie de pleurer


Flo-Avril 04/08/2011 21:13



C'était pareil pour moi


Bisous, Flo :0010:



Fancri 04/08/2011 15:26


La météo se raconte !!! bises Flo!


Maurice 04/08/2011 14:10


Pour le 33 ème coms j'ajouterai que tu es le dernier rayon de soleil dans l'histoire ;)
Bonne journée
Bisous


Flo-Avril 04/08/2011 14:34



C'est gentil :0010:



JeeretGab 04/08/2011 10:29


Bon Jeudi.


Eliane 04/08/2011 09:27


Bonjour Flo, merci de me faire connaitre ce conte

je te souhaite un beau jeudi

Ici le soleil a l'air de vouloir etre le maitre de la journée !

chouette , gros bisous et a bientot


Dicentim 04/08/2011 09:13


Le soleil raconte ...
que tu brilles comme un diamant.
:-)


Danaou 04/08/2011 09:01


Je te remercie pour ta gentille visite !
Je reviendrai te voir, lors de la reprise bloguesque !
Bonnes vacances estivales !
Bizzzes de l'Abeille du jardinoux
danaou


katara 04/08/2011 08:52


Ha la magie des mots de Flo. bisous à toi


christel 03/08/2011 22:41


je suis désolée Flo mais j'arrive pas à intervenir sur le css ... il veut pas ! bouuuuuuuuh !!! je peux t'envoyer le mot de passe pour que tu regardes ? merci beaucoup ! gros bisous


Valentine :0056: 03/08/2011 22:20


Encore une bien jolie histoire ! Bonne nuit, Flo.


bernard 03/08/2011 21:14


Très joli conte. Bonne soirée.


Laurent 03/08/2011 19:59


Je préfère quand c'est le soleil qui raconte au lieu de la pluie car on a plus besoin du soleil en ce moment que de la pluie...
Bonne Soirée ma chère Flo
Bisoux, Lolo


christel 03/08/2011 19:37


un petit coucou par chez toi ... tes histoires sont toujours un régal...
je suis désolée de mon absence sur les blogs ces derniers temps ! beaucoup de travail avec la rénovation de notre studio-gîte , lien avec lequel je te visite aujourd'hui pour que tu puisses
découvrir ! gros bisous à toi , christel
nb: j'ai mis une bannière sur mon nouveau blog mais comme tu pourras les constater si tu y vas en visite, elle se trouve à cheval sur deux couleurs ... tu pourrais m'aider à faire en sorte qu'elle
ne soit que dans le rouge , ou bien que le rouge disparaisse ? je suis toujours aussi nullissime en css ! merci ma belle !!! ;-)


Cinémartie 03/08/2011 18:46


Bonjour Flo !
Il suffit d'un rayon de soleil pour que la vie soit plus belle.
Merci pour ce joli conte d'Andersen.
Amitiés,
Martine


Un Sujet En Particulier ?

Sur ce blog il y a

Passe ta souris sur la première lettre de chaque ligne

Blogopotes

Cet ensemble de miniatures, représente mes amis, les personnes chez qui j'aime flâner et faire un petit coucou , laisser un commentaire chaque fois que j'en ai envie.

 

Si vous désirez vous y retrouver, laissez-moi un coucou à votre tour, je me ferai un plaisir de vous y accrocher et j'irai vous écrire une petite bafouille à mon tour.

Pose ton curseur sur les miniatures, tu verras apparaître les pseudonymes et tu auras le lien du blog

 

 

Alain TreiZe Aummani chtinoeil bubuneJoëlCannelle Dany Dix DomSimone Déesse GL katara PatriciaMamyAnnick Marie M-T Michel Nouche Patmamy QuichottineBigornette Nanou SpipAlainJeeretGabClnKinouLCDAndréla-cachinaM_PZip de loupTatarinetteAlinebikerMahinaFrançoisePaqueretteLaurentPatriarchGeoElianeValentineJ-P SilvestreMentaleJeanCricketValerieTiotTimiloKryNefertitiMartineTotoFancriSylfanfleur de lysBrenPhilippeZapiCloMichelOcecoolMartineRogerNadiaD@net

---------------------

Mon troisieme recueil

Thebook edition a classé mon recueil dans la catégorie adultes, certains de mes poèmes étant érotiques

Acheter Foucades en mots tressés

http://a-fleur-de-plume.eklablog.com/

Ah tu es là

Mon premier recueil de poésies

Un second recueil avec une meilleure présentation et de nouveaux poèmes,  vient de voir le jour .

N'hésitez pas à vous l'offrir ou à l'offrir pourquoi pas !

 

Le livre