Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 12:12

 

 

La petite grenouille rouge

 

Les hommes sont mécontents, il pleut sans arrêt depuis trois jours. La mare de la ferme inonde les près, les vaches rouspètent : meu...meu...meu... elles s'enfoncent dans la boue pour rentrer à l'étable.

Les gros nuages éclatent encore, dans la mare, les grenouilles sont à la fête. Il faut les entendre le soir ! Coaaa...coaaa....Quel tapage ! Il y a les grenouilles vertes, les rousses et les têtards qui sont les bébés. Tout ce petit monde plonge, saute, fait la couse ou se cache dans les roseaux.

Soudain ! Mon Dieu ! Les grenouilles n'en croient pas leurs yeux ! Une grenouille "rouge" quelle horreur, veut prendre part aux jeux.

Toutes ces demoiselles grenouilles entourent la nouvelle arrivée.

- Pourquoi es-tu rouge ? demande la plus bavarde.

Je ne sais pas, répond timidement la nouvelle.

- Elle n'est pas normal, crie la plus sotte.

- C'est vrai ! Dit la plus nigaude, elle a les pattes bleu.

- Et regardez, elle a des points bizarres sur tout le corps, montre la plus ignorante.

- C'est peut-être une grenouille martienne, dit la plus petite.

Et toutes ces vilaines moqueuses rient à s'en faire mal au ventre.

- Moi, je la trouve très mignonne, déclare le Crapaud, elle met un peu de couleurs parmi nous.

Vexées, que le crapaud préféré de ces demoiselles, trouve une autre grenouille plus belle qu'elles, les vilaines jalouses crient en choeur.

- Elles n'est pas normaleee, elle n'est pas normaleeee;

Tout ce chahut fait sortir les commères grenouilles cachées sous les herbes.
Quand elles découvrirent la petite grenouille rouge, elles furent stupéfaites.

- Elle a sûrement une maladie, déclara une très vieille grenouille radoteuse, je n'ai jamais vu ça de toute ma vie.

- Non ! je ne suis pas malade, je ne suis pas malade, criait la petite.

- Les enfants ! Venez immédiatement, elle est peut-être contagieuse, coassèrent toutes les commères.

Non ! Je ne suis pas malade, pleurait la petite grenouille rouge, regardez comme je saute bien, comme je nage vite. Pour faire sa démonstration la petite allait plonger, quand une grosse voix la figea sur place.

- Je t'interdis de plonger, croaaa, croaaa,

Tout le groupe se tourna vers le plus gros et le plus prétentieux crapaud qui venait de donner cet ordre.

- Tu es malades, tu vas polluer notre mare, ajouta-il, tu dois partir.

- Non ! supplia la petite, ne me chassez pas, je ne connais personne ici.

- Tu n'as pas compris, se fâcha le gros crapaud, et sa terrible voix fit trembler tous les têtards. J'ai dit : tu pars.

- D'où viens-tu ? Interrogea un audacieux têtard.

- D'où je viens ?

- Oui ! De quel pays es-tu ?

- Je ne sais pas, je jouais avec mes copines quand brusquement ! J'ai été kidnappée et emmenée dans un filet.

-Bon ! C'est assez ! Si tu n'es pas comme nous, c'est que tu n'es pas normale, conclue le gros crapaud.

- On ne peut pas la laisser seule, osa protester une sympathique grenouille rousse.

- Et moi je pense qu'elle a été kidnappée, justement parce qu'elle était malade, dit une grenouille verte très agressive.

- C'était pour la mettre en quarantaine, dit une autre.

- Il ne faut pas la garder ici, dit la doyenne.

- Nous pourrions demander à Sénégal, il a beaucoup voyagé, il connait peur-être...

- croaa croaa non ! Sénégal est un vieux fou. IL raconte avoir vu des vers de terre gros comme des poteaux ! il appelle ça "des cobras", laissons Sénégal en dehors de tout cela.

- Attendez ! Ici, Nous sommes différentes, il y a les vertes et les rousses. Pourquoi n'y en aurait-il pas d'autres.

- Et bien ! Nous allons voter, décida la doyenne, et gare à celles que ne voteront pas bien.

- Votons à patte levée, annonça le gros crapaud. Que celles qui sont pour le départ de la grenouille rouge qui est sans doute contagieuse, lève la main.

- Tu n'as pas les droit d'influencer les votants, lance le jeune crapaud.

- Toi ! Le contestataire, tu te tais, laisse les adultes décider.

Au vote, un grand nombre de pattes se levèrent. Le gros crapaud déclara que la petite grenouille rouge devait partir immédiatement.

Désespérée, la petite mit tout son grand courage dans ses pattes bleu et parti.

Le jeune crapaud, le contestataire, que ses copines appelaient Testar, rattrapa en quelques bonds la petite qui sanglotait à gros bouillons.

-Hello ! Cria Testar, comment vas-tu ma petite fraise ?

- Je ne vais pas bien du tout, et ne t'approche pas, peut-être que les autres ont raison, je suis peut-être malade.

- Ecoute, dit Testar, malade ou pas, je veux rester avec toi. Et puis, Sénégal a vu des oiseaux bleu, rouge, je suis certain que c'est ta couleur.
Une superbe couleur, on dirait une robe de grand couturier.

Confuse, la petite devint encore un peu plus rouge. En cheminant, ils trouvèrent une jolie petite mare, où les nénuphars et les roseaux massettes formaient des parasols.

Les mois passèrent, Testar et la petite fraise s'aimaient de plus en plus fort. Cependant, un gros souci les inquiétait, un soleil implacable asséchait leur mare. Devant ce désastre, Testar décida de se rendre à la grande mare. La petite fraise ne voulut pas y aller et décida de l'attendre.

Arrivé devant ce qui était la grande mare, Testar fut bien étonné, il n'y avait plus une goutte d'eau et plus une grenouille. Seul le gros crapaud tout desséché agonisait. Les autres avaient dû se mettre sous la terre, pour y trouver un peu de fraîcheur.
Testar repartit, il venait d'arriver et racontait son voyage à la petite grenouille, quand ils entendirent une voix d'enfant :

- papa ! viens voir une grenouille rouge.

- Une grenouille rouge par ici ?

- Oui ! Regarde.

- Mon fils, dit le papa, tu as devant toi, un très beau spécimen de grenouille, qui vit dans les pays lointains. C'est une grenouille fraise, on l'appelle ainsi parce qu'elle ressemble à une fraise.

- On la prend papa ? Ici elle va mourir.

- Nous allons l'emporter dans notre mare qui ne tarit jamais.

- Et je vais prendre le crapaud qui est juste à côté, ils sont peut être copain.

- Si tu veux.

Et la petite grenouille fraise et son ami Testar, vécurent longtemps et heureux dans la mare qui ne tarit jamais.


Colline Lallement

 

Partager cet article

Repost 0
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 16:21


Ciboulet est un quatre papattes à qui il arrive de drôles d’aventures.
Il vit avec sa Cathy, une deux jambes, comme il aime l’appeler.
Il ne se passe pas une journée sans qu’il leur arrive quelque chose.
Pas plus tard que dimanche, Ciboulet a fait connaissance avec un drôle d’oiseau.
Mais je vais le laisser vous raconter son histoire :

« Alors là, elle m’aura tout fait !
Je croyais avoir tout vu avec ma Cathy.
Et bien c’était sans compter sur sa dernière trouvaille !
Je pense que je ne la laisserai plus aller seule à la brocante…..
Elle avait pourtant dit qu’elle n’achèterait plus grand-chose, car son musée est bien fourni.
Qu’elle n’achèterait que la pièce rare….. Celle qui sort du lot…..
Et bien je crois qu’elle l’a trouvée !
Non pas la pièce rare, non !
Mais celle qui sort du lot…..
V’la t’y pas qu’elle a acheté un coucou.
Ca manquait ça encore à la maison….
Un coucou !
Tout d’abord je ne savais pas trop ce que c’était.
J’ai même trouvé que c’était beau.
Un genre de petite maison ornée d’un oiseau et de feuilles de vignes.
Un peu kitsch mais beau.
Par contre j’ai vu tout de suite qu’il s’agissait d’une horloge.
Qui fonctionne à l’endroit pour une fois !
Avec des chiffres, des aiguilles, un balancier et des kilomètres de chainettes au bout desquelles sont accrochées des pommes de pins.
Elle l’a tout de suite accrochée.
Déjà ça fait un bruit infernal !
Tic-tac-tic-tac.
Christian, son mari, m’a dit que ce n’était pas le pire.
Et il avait raison !
Tout juste une demie heure après l’avoir mis en fonction, une petite porte s’est ouverte et un petit oiseau en est sorti en criant « coucou ».
J’ai halluciné quoi !
J’ai cru avoir rêvé !
Une demi-heure plus tard il a réapparu.
Coucou, coucou, coucou.
Et ça a duré toute la journée.
Pire !
Toute la nuit.
Le matin je n’en pouvais plus.
Et vous pouvez y aller.
Il est à l’heure le zozio……
A minuit il chante douze fois !
Ah, j’étais content quand il était une heure du matin.
Ca repose…..
J’ai bien étudié la question.
A un moment donné les pommes de pins sont tout en bas.
Normalement, je dis bien normalement, si on ne les remonte pas, l’horloge s’arrête et le coucou s’endort.
Mais si on les remonte c’est reparti pour un tour…..
Ma Cathy dit qu’au bout d’un moment on ne l’entendra plus.
On sera habitué.
Moi je dis que si c’est pour ne pas l’entendre, ce n’est pas la peine de le remonter.
Ca me semble logique.
Si on l’encourage, c’est sûr qu’il ne se taira pas.
Ah ce n’est pas de tout repos avec ma Cathy.
Mais tant qu’elle est contente.
C’est peut-être vrai qu’on s’y habituera….
Il peut aussi devenir aphone à force de chanter toutes les heures....
Mais il a l’air d’avoir de l’entrainement l’animal !
Je ne lui demande qu’une seule chose.
Qu'il se taise la nuit……
Sûr qu’on deviendra bon copain. »


cathy.jean

Partager cet article

Repost 0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 08:00

 

 

ll était une fois, tout au fond de l’univers, une petite étoile qui s’appelait Julia.
Elle brillait de tous ses feux mais comme elle était petite elle pensait qu’elle brillait peu.
Autour d’elle, dans le froid céleste, il faisait noir et l’on n’entendait que le froufroutement rapide des comètes qui filaient à toute allure.
Julia se demandait parfois avec effroi si ces belles et ultra-lumineuses consœurs ne finiraient pas par la percuter.
Un jour qu’elle était triste parce qu’elle se trouvait seule et inutile, elle sentit soudainement une comète la frôler de si près qu’elle crut définitivement basculer dans l’univers sans fin.
Ola la, cria-t-elle ! Et elle ferma les yeux en se préparant au terrible choc.
Mais rien ne se passa.
C’est à peine si elle ressentit un petit chatouillis à l’extrémité de sa branche numéro 3.
Alors elle ouvrit un œil et elle vit une toute petite forme qu’elle prit tout d’abord pour un papillon.
- Qui es-tu ? interrogea Julia.
- Laisse-moi donc me remettre Julia, dit la forme en se lissant les ailes.
- Tu… Tu connais mon nom ?
- Toutes les fées connaissent ton nom, Julia.
- Tu es une fée ?
- Cela ne se voit pas ? minauda la forme un peu coquette.
- Je n’avais jamais vu de fée avant toi, avoua Julia.
- Hé bien, sans ce chauffard qui m’a propulsée sur toi, tu aurais pu ne jamais me rencontrer, et cela aurait été dommage, n’est-ce pas ?
Julia sourit. Décidément cette petite fée aimait bien se faire valoir, pensa-elle.
- Et tu as un nom ?
- Tout le monde possède un nom. Moi, c’est Valbée. Et tu trouves que je me fais valoir ?
- Oh pétard ! s’exclama Julia un peu confuse, tu lis dans mes pensées ?
- Comme dans un livre ouvert, ma belle !
- Et toutes les fées qui connaissent mon nom lisent dans mes pensées ?
Valbée eut un rire cristallin :
- Seulement les plus douées ! Mais je peux te dire que toutes te connaissent et t’adorent.
Julia allait de surprise en surprise.
- Elles m’adorent ? Mais je n’ai rien d’adorable, je suis petite, je ne brille pas beaucoup – en tous cas bien moins que les autres, je suis… très banale, très heu… je ne sais même pas quel mot choisir.
- C’est parce que tu es aux yeux des nôtres, ni banale ni ordinaire. Tu es unique Julia. Personne ne te ressemble et tu ne ressembles à personne. Si tu n’existais pas tu manquerais à notre monde. Tiens je vais te dire : tu es comme une œuvre d’art : unique en son genre.
Julia éclata de rire.
- Vous ne pensez pas que vous exagérez un petit peu ?
- Moi, j’exagère ? s’écria Valbée. Mais sur quoi je me reposerais actuellement si tu n’existais pas ?
- Tu aurais pu t’installer sur une autre étoile !
- Ca, c’est impossible. Chaque étoile qui possède un nom est obligatoirement dotée d’un destin. En fait, je suis venue t’annoncer que le C.S.F : Le Conseil Supérieur des Fées te donne une mission : tu es chargée… d’illuminer les yeux des enfants.
Julia était interloquée.
- Illum…Mais je ne brille pas assez !
- Ca, c’est ce que tu t’imagines. Nous, qui avons de l’expérience -nous te voyons briller très très fort… quand tu ne te caches pas derrière les nuages. Nous connaissons l’impact que tu produits sur tous ceux que tu côtoies sans les voir. Chez les fées, tout le monde a une mission, toi tu seras les paillettes d’étoiles qui suivent le mouvement de la baguette magique des fées quand elles réalisent un voeu.
Julia se souvint des yeux humides des enfants :
- Je serais le désir, je serais l’espoir…
- Tu seras toi, Julia, tu seras enfin toi…
La voix de Valbée s’était faite soudain lointaine, lointaine…
Alors Julia ouvrit enfin son deuxième œil et elle s’aperçut que la fée avait disparue.
- Où es-tu Valbée, où es-tu ?
- Tu ne me vois plus, mais je serais là où tu seras, Julia. Et je suis déjà partie pour une autre visite. Brille Julia, brille, fais voir que tu es là. On a tous besoin de ta lumière…


Julia, se mit à rosir de plaisir.
Puis, dans tes yeux à jamais, elle refléta toutes les couleurs chatoyantes de l’arc-en-ciel.

Conte pour enfants du monde

Partager cet article

Repost 0

Un Sujet En Particulier ?

Sur ce blog il y a

Passe ta souris sur la première lettre de chaque ligne

Blogopotes

Cet ensemble de miniatures, représente mes amis, les personnes chez qui j'aime flâner et faire un petit coucou , laisser un commentaire chaque fois que j'en ai envie.

 

Si vous désirez vous y retrouver, laissez-moi un coucou à votre tour, je me ferai un plaisir de vous y accrocher et j'irai vous écrire une petite bafouille à mon tour.

Pose ton curseur sur les miniatures, tu verras apparaître les pseudonymes et tu auras le lien du blog

 

 

Alain TreiZe Aummani chtinoeil bubuneJoëlCannelle Dany Dix DomSimone Déesse GL katara PatriciaMamyAnnick Marie M-T Michel Nouche Patmamy QuichottineBigornette Nanou SpipAlainJeeretGabClnKinouLCDAndréla-cachinaM_PZip de loupTatarinetteAlinebikerMahinaFrançoisePaqueretteLaurentPatriarchGeoElianeValentineJ-P SilvestreMentaleJeanCricketValerieTiotTimiloKryNefertitiMartineTotoFancriSylfanfleur de lysBrenPhilippeZapiCloMichelOcecoolMartineRogerNadiaD@net

---------------------

Mon troisieme recueil

Thebook edition a classé mon recueil dans la catégorie adultes, certains de mes poèmes étant érotiques

Acheter Foucades en mots tressés

http://a-fleur-de-plume.eklablog.com/

Ah tu es là

Mon premier recueil de poésies

Un second recueil avec une meilleure présentation et de nouveaux poèmes,  vient de voir le jour .

N'hésitez pas à vous l'offrir ou à l'offrir pourquoi pas !

 

Le livre