Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2008 3 06 /02 /février /2008 01:00


C'était il y a quelque temps, au bal de la Nuits-Saint-Georges que j'ai rencontré la petite Juliénas, une fille drôlement Gigondas, un sacré beau Meursault, bien charpentée, et sous sa robe vermillon un grand cru classé, avec des arômes de cassis et de fraises des bois.

On a dansé Anjou contre Anjou sur un Sylvaner à la mode et, plus tard, lorsque je lui ai proposé de l'emmener dans mon Châteauneuf-du-Pape, elle est devenue toute Croze-Hermitage.
Le temps d'aller chercher un Chablis au vestiaire, de mettre un petit Corton dans ses cheveux, on est montés dans ma banyuls et on a roulé jusqu'au matin.

Ah, quelle belle journée ! On s'est baladé Entre-deux-mers, il faisait beau, on a Vacqueyras sur la plage, les pieds dans l'eau Clairette, on s'est Pouilly-Fuissé dans les dunes et puis comme le Mercurey montait sérieusement et qu'on commençait à avoir les Côtes Rôties, on a décidé de rentrer.

Mais voilà, en partant nous nous sommes retrouvés coincés dans les embouteillages, enfin les bouchons, quoi ! Je commençais à Minervois sérieusement et là, Juliénas et moi, nous avons commencé à nous crêper le Chinon.

D'un seul coup elle a claqué la Corbière de la Banyuls et elle est partie. Je me suis retrouvé comme Macon.

Quoi, me suis-je dit, elle s'est déjà Sauvignon avant même que j'ai le temps de la Sauternes !
Mais je vous Jurançon, je l'avais dans la Pauillac, en effet, j'étais tellement Tokay que j'ai couru après elle dans Lalande et les Chardonnay pour la rattraper.

Quand on s'est retrouvés, et que je l'ai vue devant moi en Gros-plant, je lui ai dit  "Ne fais pas ta Pomerol, et ne t'en va plus Gamay".
En  pleurant, elle est tombée dans mes bras en Madiran "Ne m'en veux pas, je voulais juste être sur que ton Saint-Amour était vraiment Sancerre".
Depuis on ne s'est plus cuités...
Merci à Ptitsa le petit colibri pour ce joli texte qu'elle a reçu en mail, il m'a bien fait rire

Partager cet article

Repost 0
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 01:00


Définitions données par des enfants.
Quand on y pense bien, en analysant les définitions données sont judicieuces, certaines plus cocasses mais tellement mignonnes.

Le bleu: Ça sert à faire le ciel.
Chercher: C'est quand la chambre n'est pas rangée.
L'écologie: Ça fait pousser les fleurs.
Un os: On en a partout quand on est squelette.
Le rap: On a la casquette avec l'avant derrière.
La tendresse: C'est deux.
Un village: Ça traverse la route..
Une pétale: C'est pour faire tenir les fleurs.
Un truc: C'est quand on ne sait plus dire.
Un quartier de lune: Un reste de lune.   
Collation: Quand j'aime pas le dîner de maman. 
Abeilles: C'est pour pas qu'on arrache les fleurs.  
Punition: C'est quand maman veut me faire gentil.  
Économie: Machine à faire des sous.
Cheville: Poignet de pied.  
Fourchette: Cuillière avec des pics   
Larmes: Jus de peine.  
Griffes: Dents de pattes.  
Quand je m'ennuie de toi, je pleure comme un enfant.
Cravatte: Bavoir  
Cils: Poils de yeux.  
Vitraux d'église: Casse-tête de lumière  
Lune: Soleil de nuit  
Hamburger: Fait avec du steak caché, on le cache dans le pain.

Peux-tu enlever les gouttes de pluies qui sortent de mes yeux?
Viens manger papa, ta crème glacée va refroidir.
Il fait chaud... touche à mon dos, il est tout timide.
Regarde dans l'eau, il y a une grenouille sur un mini-phare.
Cet été à la mer, j'ai couru après une miette, mais elle s'est envolée...
Regarde le joli épouvantable à oiseaux !
Regarde maman, le petit bébé a déjà perdu toutes ses dents.
Pour Noël, je veux un " joliciel " pour jouer à l'ordinateur.
Regarde le beau lever de sommeil !
Dans ma prune, est-ce qu'il y a un moineau?
Maman, quand tu étais petite et que papa était petit, c'étaient qui mes parents ?
Moi, mon chat, on l'a acheté dans un ketchup .
Demain, je vais à l'hôpital pour prendre des photocopies.

Sacrés mômes que voilà, ils en ont de l'imagination ...Hier encore j'étais môme moi aussi!





Partager cet article

Repost 0
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 01:00


Le riz a une grande importance culturelle en Inde du sud, et certains festivals, comme Pongal, célèbrent la récolte du riz par des festivités qui rassemblent tout le village pendant trois jours. On honore le dieu de la pluie, le soleil, et le bétail qui est abondamment décoré de fleurs. Tout le monde est remercié pour le travail dur dans les champs, mais il n'en a pas toujours été ainsi, comme nous le raconte la légende.

    Au temps où la terre était jeune et toutes les choses meilleures qu'elles ne sont maintenant, quand les hommes et les femmes étaient plus forts et d'une beauté plus grande, et le fruit des arbres plus généreux et plus sucré que ce que nous mangeons maintenant, le riz, la nourriture des hommes, était d'un grain plus gros. Un grain était tout ce qu'un homme pouvait manger ; et en ces jours anciens, le mérite des gens était tel qu'ils n'avaient jamais besoin de travailler dur pour cueillir le riz, car une fois mûr, il tombait des tiges et roulait jusqu'aux villages, même dans les greniers.
Lorsqu'une année le riz fut plus gros et plus abondant que jamais, une veuve dit à sa fille : "Nos greniers sont trop petits. Nous allons les démolir et en construire de plus grands." Quand les vieux greniers furent démolis et que les nouveaux n'étaient pas encore prêts à l'emploi, le riz était mûr dans les champs. On redoubla de hâte, mais le riz en roulant affluait vers le lieu des travaux, et la veuve, irritée, frappa un grain et cria : "Vous ne pouviez pas attendre dans les champs que nous soyons prêts ? Vous ne devez pas nous déranger maintenant quand vous n'êtes pas voulus !" Le riz se brisa alors en milliers de petits morceaux et déclara : "A partir de ce jour, nous attendrons dans les champs jusqu'à ce que nous soyons voulus." Et depuis, le riz est d'un grain plus petit et les gens de la terre doivent le cueillir dans les champs et le transporter jusqu'aux greniers.


Partager cet article

Repost 0

Un Sujet En Particulier ?

Sur ce blog il y a

Passe ta souris sur la première lettre de chaque ligne

Blogopotes

Cet ensemble de miniatures, représente mes amis, les personnes chez qui j'aime flâner et faire un petit coucou , laisser un commentaire chaque fois que j'en ai envie.

 

Si vous désirez vous y retrouver, laissez-moi un coucou à votre tour, je me ferai un plaisir de vous y accrocher et j'irai vous écrire une petite bafouille à mon tour.

Pose ton curseur sur les miniatures, tu verras apparaître les pseudonymes et tu auras le lien du blog

 

 

Alain TreiZe Aummani chtinoeil bubuneJoëlCannelle Dany Dix DomSimone Déesse GL katara PatriciaMamyAnnick Marie M-T Michel Nouche Patmamy QuichottineBigornette Nanou SpipAlainJeeretGabClnKinouLCDAndréla-cachinaM_PZip de loupTatarinetteAlinebikerMahinaFrançoisePaqueretteLaurentPatriarchGeoElianeValentineJ-P SilvestreMentaleJeanCricketValerieTiotTimiloKryNefertitiMartineTotoFancriSylfanfleur de lysBrenPhilippeZapiCloMichelOcecoolMartineRogerNadiaD@net

---------------------

Mon troisieme recueil

Thebook edition a classé mon recueil dans la catégorie adultes, certains de mes poèmes étant érotiques

Acheter Foucades en mots tressés

http://a-fleur-de-plume.eklablog.com/

Ah tu es là

Mon premier recueil de poésies

Un second recueil avec une meilleure présentation et de nouveaux poèmes,  vient de voir le jour .

N'hésitez pas à vous l'offrir ou à l'offrir pourquoi pas !

 

Le livre