Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 00:00

 

 

 

Dans le palais de jade
Jardin du paradis
Les roses à peine écloses
Se souviennent de toi

Le printemps a mémoire
Des tulles de dentelles
Sous ta robe d'organdi
Tes jupons innocents

Tu passais sans me voir
Je perdais tout espoir
Mes aurores étaient noirs
De te voir chaque soir

 

Songeuse d'aquarelle
Je te trouvais si belle

Couchée sous la tonnelle

Dans le jardin de perles

Les roses ont souvenir
Sous un ciel violine
Les roses se contiennent
De verser quelques larmes

 

 

  Numéro du détenteur - 00049736 

 

*´¨ )
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
© (¸.•´ (¸.•´ .•´ : (´¸.•*´¯`*•-->   ©Flo  

 

 

 

visage2.gif

 

 

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 00:00

 

 

 

Il était une fois, dans le pays le plus petit au monde, au cœur du plus petit village, dans la plus petite maison au plus petit jardin, dans le royaume des Orchidées, Un roi nommé Lucrèce.
Celui-ci régnait avec son épouse Lucia.Tous deux étaient les heureux souverains du micro-peuple des Lucioles. Le royaume s’éveillait une fois la nuit tombée, au fond du jardin de Mme Béatrice Roseraie.
C’est lorsque la lune caresse la terre de ses premiers rayons d’argent, que la vie commence pour les Lucioles. Mais, cette nuit-là, plus que toutes autres, était particulière, puisque lors du bal annuel à l’occasion de la fête nationale, les souverains entendaient faire l’annonce officielle des fiançailles de leur fille bien-aimée, la princesse Lucie, héritière du trône royal, avec le fils du Duc des Orchidées, Lucas.
Malheureusement, ce n’était pas du goût de la princesse qui, il faut le dire, a toujours eut cette fâcheuse tendance à faire cavalier seul.
« Je veux avoir mon propre royaume ! », hurlait-elle dans tout le palais, tandis que son père la raisonnait : « Ma fille, tu as ici tout ce que la vie peut offrir. Au risque de te paraître redondant, nos ancêtres se sont sacrifiés pour nous léguer cette monarchie. Notre territoire était, hélas, trop souvent empreint à des invasions. C’est cela que tu veux ? Envoyer de pauvres créatures au combat en attendant la reconnaissance de l’Indépendance ? Car, c’est là un passage obligé, tu sais ! ».
Lucie tournait alors les talons, furieuse de reconnaître que son père avait bien raison.
Mais, lors du bal, au moment d’entamer une valse pour inaugurer la piste de danse, elle ne pu retenir ses larmes, et quitta la salle en sanglots, laissant là Lucas ainsi que les convives paralysés de surprise.
A tire d’ailes, elle retourna au palais, directement dans ses appartements. Les prétendantes ne manquaient pas, peu après la scène, un essaim de Lucioles entourèrent le fils du Duc. Des demoiselles plus scintillantes les unes que les autres, parées de leurs plus beaux atours.
Lucie boucla énergiquement sa valise. Elle s’apprêtait à sortir, lorsque dans un geste de dépit, elle se souvint que là où elle irait, elle n’en aurait nul besoin.
Elle s’envola jusqu’aux endroits les plus reculés du royaume des Orchidées.Au cœur de la forêt, où elle trouverait, la fée Lucricia.S’il existait une personne pouvant l’aider, à défaut de la comprendre, c’était bien sa marraine. C’est, du moins, ce qu’a laissé supposer le fils cadet du Duc.Luc n’a jamais cherché à cacher sa jalousie envers son frère qui bénéficie de tous les privilèges en tant qu’aîné, et deviendra, comme si cela ne suffisait pas, le roi du royaume des Orchidées.

Tous ces souvenirs avaient traversé son esprit en une fraction de secondes. Le plan de Lucie dépasse l’imagination de tous les sujets du royaume. En empruntant une apparence humaine, elle se ferait engager comme apprentie jardinière chez Mme Roseraie où elle commencerait par planter ses premières fleurs. Juste à côté du royaume de son père dont elle venait de se sauver. « Je deviendrai alors la reine des Lucioles de mon propre royaume ! », pensa-t-elle.
TOC, TOC, TOC!
La porte s’ouvrit sur la jeune fille. Madame Roseraie l’accueilli chaleureusement.
-« Soyez la bienvenue Mlle ! Installez-vous. Sans plus attendre, nous allons bêcher tout le jardin. Je vais même me débarrasser de ces Orchidées qui sont là depuis trop longtemps. On va replanter autre chose, tiens. Vous venez ? ».
Alors qu’elle parlait, Lucie promenait son regard à travers le jardin, s’attardant longuement sur le royaume encore endormi.
-« A propos, quel est votre nom, Mlle ? »
Lucie déploya un large sourire : « Je m’appelle Lucette ».
-« Très bien, Lucette, allons-y, prenez cette pelle ! ».
-« Bien sûr, je serais ravie de vous aider ! ».

contes.biz


Partager cet article

Repost0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 00:00

 

 

 

- Si tu veux connaître la vérité sur ton compte, offense ton voisin."

- Je suis tellement fatigué qu'il m'arrive de m'endormir au milieu d'un rêve.

- La vitesse de la lumière étant supérieure à la vitesse du son bien des gens paraissent brillants jusqu’au moment où ils ouvrent la bouche.

- La vérité d'un homme c'est ce qu'il cache.

- L'homme descend du singe. Le tout est de ne pas y remonter !

- Proverbe Chien : Si ça ne se mange pas, Si ça ne se baise bas, Pisse dessus !

- Celui qui a inventé le bateau a inventé le naufrage
Lao Tseu

- Il vaut mieux prêter à sourire que donner à réfléchir.
Les Nuls

- La célébrité, c'est le ridicule moins la honte. Regarde le loft...
Gustave Parking

- Le sexe apaise les tensions. L'amour les provoque.
(Woody Allen

- L'homme : Un chauffage d'appoint qui ronfle.
Rita Rudner

- Jesus Christ et la caravane passe
Coluche

- Heureux l'élève qui peu, comme la rivière, suivre son cours sans quitter son lit !

- Quand les maîtres cesseront d'enseigner, les élèves pourront enfin apprendre.
Montesquieu

- Les lois de l'humour sont très sévères : on ne peut pas se moquer des victimes, des noirs, des homos, des musulmans, des juifs, des handicapés... moi je dis : de qui se moque t-on ?
Philippe Geluck

- Je ferais admirablement remarquer aux hommes politiques qui me prennent pour un rigolo que ce n'est pas moi qui ai commencé.
Coluche

- L'amour rend fou, il n'y a que la guerre qui Rambo.
Coluche

- Les femmes, c'est comme les photos, j'aime bien les prendre, mais pas être dessus!
Franck Dubosc

- C'est curieux les anniversaires : le plus on a de bougies, le moins on a de souffle.
Philippe Geluck

- A l'école, en algèbre, j'étais du genre Einstein. Mais plutôt Franck qu'Albert...
Philippe Geluck

- Pourquoi quand une femme couche avec cent mecs, c'est une salope, alors que quand un mec couche avec cent nanas, c'est jamais moi ?
Patrick Timsit

- La retraite, j'ai peur de m'ennuyer. En jardinage, je n'y connais rien, je ne supporte pas les caniches et je ne m'intéresse pas à la météo
Patrick Timsit

- Les femmes qui veulent être les égales des hommes manquent sérieusement d'ambition.
Jean-Marc Reiser

- Il était si con que lorsqu'il disait quelque chose d'intelligent, il se retournait pour voir si ce n'était pas un autre.
Wolinski

- Les femmes préfèrent les hommes qui les prennent sans les comprendre, aux hommes qui les comprennent sans les prendre.
Marcel Prevost

- Le rire est une chose sérieuse avec laquelle il ne faut pas plaisanter.
Raymond Devos

- Le sexe masculin est ce qu'il y a de plus léger au monde, une simple pensée le soulève.
San Antonio

- Si la vie a des ailes alors l'amour est l'ange qui les porte.

- À part gangster ou homme politique, des choses qui se font sans qualification, y a quasiment qu'artiste.
Coluche

- La police, c'est un refuge pour les alcooliques qu'on n'a pas voulu à la SNCF et aux PTT. Gynécoloque, c'est un métier accessible aux sourds. En effet il n'y a rien à entendre et on peut lire sur les lèvres.
Coluche

 



 


   

Partager cet article

Repost0

Un Sujet En Particulier ?

Sur ce blog il y a

Passe ta souris sur la première lettre de chaque ligne

Blogopotes

Cet ensemble de miniatures, représente mes amis, les personnes chez qui j'aime flâner et faire un petit coucou , laisser un commentaire chaque fois que j'en ai envie.

 

Si vous désirez vous y retrouver, laissez-moi un coucou à votre tour, je me ferai un plaisir de vous y accrocher et j'irai vous écrire une petite bafouille à mon tour.

Pose ton curseur sur les miniatures, tu verras apparaître les pseudonymes et tu auras le lien du blog

 

 

Alain TreiZe Aummani chtinoeil bubuneJoëlCannelle Dany Dix DomSimone Déesse GL katara PatriciaMamyAnnick Marie M-T Michel Nouche Patmamy QuichottineBigornette Nanou SpipAlainJeeretGabClnKinouLCDAndréla-cachinaM_PZip de loupTatarinetteAlinebikerMahinaFrançoisePaqueretteLaurentPatriarchGeoElianeValentineJ-P SilvestreMentaleJeanCricketValerieTiotTimiloKryNefertitiMartineTotoFancriSylfanfleur de lysBrenPhilippeZapiCloMichelOcecoolMartineRogerNadiaD@net

---------------------

Mon troisieme recueil

Thebook edition a classé mon recueil dans la catégorie adultes, certains de mes poèmes étant érotiques

Acheter Foucades en mots tressés

http://a-fleur-de-plume.eklablog.com/

Ah tu es là

Mon premier recueil de poésies

Un second recueil avec une meilleure présentation et de nouveaux poèmes,  vient de voir le jour .

N'hésitez pas à vous l'offrir ou à l'offrir pourquoi pas !

 

Le livre