Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 02:14


Il était une fois dans un royaume très très lointain, comme tout vrai royaume qui se respecte, un roi. Ce roi avait un fils -qui était prince donc- que l’on appelait le prince Thomas. Un jour, le roi appela son fils en ces termes :
- Mon fils,,. voici qu’approche le jour de ton vingtième anniversaire et tu n’es toujours pas marié. J’ai su dès ta naissance que tu étais un incapable, mais là, tu pousse le bouchon un peu trop loin, mon fils. C’est pourquoi j’ai trouvé pour toi une occasion en or. La princesse Rose Fleur de Violaine a été faite prisonnière par le vilain méchant sorcier Saurorg. J’aimerai que tu ailles la délivrer, et alors, pour te récompenser, elle sera bien obligée de t’épouser, comme le veut la coutume. Le prince Thomas se récria :
- Mais je la connais même pas, moi, cette princesse ! Qu’est-ce que tu veux que j’aille l’épouser ?
- Tu sais, mon fils, en plus d’être très belle, elle est très riche !

Alors, en entendant cet argument qu’il trouva plus que convaincant, le jeune prince s’empressa d’enfourcher sa monture. Une monture, c’est bien sûr un animal sur lequel on peut monter. La plupart du temps c’est un cheval, ce peut être même parfois un âne (Sancho Pança ne se serait jamais passé du sien) mais dans le cas de Thomas, c’était un mouton. Il faut dire que notre prince était très pauvre et que pour dix pistoles, il n’avait pu trouver autre chose, à part peut-être une autruche en très mauvais état qu’un cirque avait déposé en occasion, mais notre prince n’était pas si ridicule que ça, il ne faut quand même pas exagérer !
Bref, un beau matin, (parce que les matins sont toujours beaux dans les contes de fées), notre prince se met en route sur sa monture qui portait le doux nom de Timoléon, Tim pour les intimes. (Ça ne s’invente pas…). Il rencontra en chemin maints obstacles qu’il brava avec courage, comme par exemple une colonie de fourmis rouges qui ne voulait pas passer par le passage piéton (euh, fourmilier, pardon). Il tomba soudain nez à nez avec une petite créature qui gesticulait, prise au piège dans une toile d’araignée. Le prince Thomas ajusta ses lunettes pour regarder de plus près le petit prisonnier. Il ne mesurait pas plus de dix centimètres, avait la peau bleue et de gigantesques oreilles pointues.
- Au lieu de me regarder planté là à ne rien faire, cria le petit bonhomme d’une petite voix suraiguë (tout était petit chez lui), tu ferais mieux de me sortir de là ! Le prince s’exécuta et décolla l’elfe en le tirant par un pied, puis le posa dans sa main.
- Eh ! Je ne suis pas un jouet, moi ! Me secoue pas comme ça ! Le prince s’excusa.
- Je suis Fleen, un elfe, reprit la créature d’une voix trop solennelle pour lui. Je suis le denier de ma race. Puisque tu m’as sauvé la vie, je me dois de te suivre jusqu’à ce que j’aie épongé ma dette d’honneur ! Et puis de toute façons, je n’ai rien d’autre à faire en ce moment…
- Mais bien sûr ! Moi je dois aller délivrer une princesse d’un affreux sorcier, et toi, minus comme tu es, tu crois que tu peux m’aider ?
- Ne m’insulte pas ! La taille ne compte pour rien, et puis, j’ai des pouvoirs magiques ! Le prince leva un sourcil sceptique. Et puis, susurra-t-il, je sais où se trouve le château de ta princesse !
- Tu ne sais même pas laquelle c’est !
- Des princesses emprisonnées, y en a pas trente-six !
- Bon, d’accord… allez, viens !
Le prince mit Fleen sur son épaule et tous deux (euh, tous trois, n’oublions pas Tim) se remirent en route. Quelques temps après, au détour d’un bosquet, ils virent se dresser devant eux les gigantesques tours du château de Saurorg. C’était un immense château plein de sculptures biscornues et de gargouilles. Quand ils approchèrent, ils s’aperçurent que les douves étaient remplies de lave en fusion et que l’on ne pouvait accéder que par un pont-levis brinquebalant. Tremblants, ils franchirent le pont-levis et arrivèrent devant une grande porte en bois de chêne. Mais elle était fermée, comme de bien entendu, et ils ne purent jamais l’ouvrir. Alors ils se mirent de profil pour faire le tour du château, sur une avancée qui ne faisait pas plus de vingt centimètres. Vous me direz que Fleen n’avait pas besoin, lui, de se mettre de profil vu qu’il était tout petit, mais son cerveau était tout petit aussi…
En avançant ainsi comme des crabes, certes, ils avaient l’air ridicule (surtout Tim), mais ils trouvèrent une petite ouverture creusée dans la roche. Ils s’y faufilèrent, et rampèrent dans le boyau à quatre pattes. Fleen aussi qui – rappelons-le -avait le cerveau tout petit. Ils débouchèrent alors sur une immense caverne. De là ou ils étaient, ils pouvaient voir la princesse qui était ligotée à un mât. Malheureusement, ils pouvaient voir aussi un immense dragon noir qui montait la garde devant. Alors, soudain, on entendit de gros sanglots. C’était le prince Thomas qui pleurait de désespoir.
- Mais, on n’y arrivera jamais ! Je retourne chez moi !
- T’as bien une épée ? Béla Tim (oui, dans les contes de fées, les animaux savent parler.)
- Même pas, je l’ai oubliée…
- On est bien alors… Fleen intervint :
- Je t’avais dit que je pouvais t’aider !
- Je vois pas comment tu peux faire…pleurnicha Thomas.
- Arrête de pleurer et laisse moi faire, tu veux ?

Alors Fleen se mit à gonfler ses joues, des joues aussi larges que ses oreilles. Et il souffla, souffla encore, des milliers de bulles multicolores. Thomas et Tim étaient ébahis, c’était bien joli, mais à quoi ça pouvait servir ? Alors, les bulles allèrent se coller une à une sur les luisantes écailles noires du dragon. Celui-ci, quand il vit que les écailles noires qu’il avait mit si longtemps à lustrer et dont il était si fier étaient de toutes les couleurs, s’écria :
- Mon dieu ! Quelle horreur ! Regardez moi ce travail ! Et mon standing maintenant ? Comment je vais tenir ma réputation ? Je ne suis plus un vrai dragon maintenant ! Et il courut loin, très loin, pour aller se nettoyer dans la mer. On en était débarrassé, enfin une bonne chose de faite ! Nos trois héros descendirent près de la princesse. Le prince tira sur les cordes, mais comme il n’arrivait pas à défaire les nœuds, et qu’il avait oublié son épée, il se remit à pleurnicher.
- A mon tout maintenant ! Bêla Tim. Le prince Thomas le regarda d’un air circonspect.
- Et en quoi tu peux m’être utile, s’il te plait ? Tu vas faire des bulles multicolores ? Sans répondre à cette méchanceté, Timoléon se mit à brouter les cordes à toute vitesse et en moins de temps qu’il en faut pour le dire, la princesse fut libérée.
- Mm mm mum muum, dit-elle.
- Il faudrait peut-être lui enlever son bâillon, non ? suggéra Fleen, qui pour une fois une grande idée. Aussitôt dit, aussitôt fait ! La princesse se jeta au cou du prince :
- Oh, mon sauveur !
- On se marie, ma belle ? Histoire que j’enrichisse mon royaume ?
- Le mariage, je veux bien, mais les sous, c’est une autre histoire…
- Comment ça ?!
- Il se trouve…euh, que j’ai fait…de mauvais placements en bourse et comment dire… : je suis ruinée.
- Quoi ? Alors plus question de mariage ! A ce moment très précis le vilain Saurorg entra en trombe (oui, on aurait bien dit une trombe) dans la caverne.
- J’ai entendu tout ce que vous avez dit ! On se prétend prince et on refuse les faveurs d’une si jolie princesse sous prétexte qu’elle est pauvre ! Mais c’est une honte !

A partir de ce moment là la princesse ne regarda plus Saurorg -qui n’était pas si vilain que ça- du même œil.

Le prince Thomas, Tim et Fleen rentrèrent alors penauds au château du roi. Quand Thomas raconta son échec à son père, celui-ci se mit à crier :
-Bon à rien, fainéant ! Et pour ses remonter, il commanda un verre de cognac à ses domestiques. La porte s’ouvrit alors sur la plus jolie servante que Thomas n’eut jamais vue…

Le mois suivant, on feta en grandes pompes trois mariages en même temps ; Oui, trois !! Celui de la princesse Rose Fleur de Violaine et de Saurorg, celui de Thomas et d’Héloïse (car c’est comme cela que le servante s’appelait) et … celui de Fleen. Avec qui, me direz-vous, puisqu’il était le dernier de sa race ? Et bien avec la dernière de sa race, Aïnoha, ravissante petite elfe qui travaillait en secret pour Saurorg depuis des années.

Et comme dans tout conte de fées qui se respecte, ils se marièrent tous et eurent beaucoup d’enfants, euh… et d’elfes !


Conte.biz

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Quichottine 30/01/2010 19:05


Sourire... Tu as dégoté là un drôle de prince, un peu trop intéressé mais que l'amour finalement transforme.

J'aime beaucoup.

Merci, Flo.


cricket1513 30/01/2010 11:45


coucou désolée de ne pas être passée avant mais coupure internet car changement d'opérateur et cette dernière a été pour le moins soudaine !! puisque non prévenus !!!! grrrrrrrrrrrrr..........
bi£es


marithé 27/01/2010 22:27


ba mince alors, les princesses font de mauvais placements elles aussi ..mais c'est le monde à l'envers ...

bisous du soir


Cassandre 27/01/2010 15:37


Bonjour! Je suis tombée par hsard sur ton blog, j'adore vraiment ce que tu écris... Et, si tu me le permet, je lirais ce conte aux enfants que je garde prochainement... =)


Mamy ANNICK 27/01/2010 14:18


Très agréable et reposant de venir lire ce texte ; douce journée Mamy ANNICK


Bruno Montagnes 27/01/2010 13:11


Joli conte,dit avec beaucoup d'humour.Un instant me suis cru ds le neuf trois.;-)


rene 27/01/2010 12:17


je n'arrete pas rassure toi, mais pas beaucoup de visiteur...7 hier....pfff
bisous rene


belgique-chine 27/01/2010 11:08


merci beaucoup flo de venir sur les 2 blog, ton avis....sur nulai, je pense aussi mettre des contes chinois et mes recettes de cuisine...ton avis ??
bonne journee bisous


Jean 27/01/2010 11:00


Bonjour
voila qui fini bien ...
C'est le principal !!!
sincèrement
jean


canelle56 27/01/2010 10:54


Toujours de belles choses et de belles leçon de vie , bises FLO


frieda 27/01/2010 09:41


Bonjour Flo, beau conte de fée
Bonne journée
Frieda


Dany85 27/01/2010 09:37


c'est bien écrit, mais un dragon avec un standing a tenir .. un beau conte,$$ bonne journée


biker06 27/01/2010 09:17


Boudiou ! je ne me suis pas reveillé ce matin .... Faut dire que je ne me suis pas couché avant 2H et demie cette nuit. Et comme je dois partir faire une balade sur Nice en Moto parce que le temps
est magnifique , il faut maintenant que je me depeche de vous repondre pour vous donner quelques news..... Et bien ca va ! ciel bleu , la moto est préte .... hi hi hi

Bisous Flo et bonne journée
Pat


Titefab 27/01/2010 08:53


Comme c'est doux et reposant de venir lire tes contes et ta façon de raconter avec ces superbes petites parenthèses j'ai adoré morale l'union fait la force mais surtout aussi ne jamais se fier à
l'extérieur à l'apparence .... bisou ma douce Flo !


sophie 27/01/2010 08:46


Quand ça commence par il était une fois, mon âme d'enfant s'éveille.
Pas déçue, joli conte, merci pour l'instant de rêve et de sourires...
Gros bisous de Nanou


Galatée 27/01/2010 07:37


Bisous étoilés,
pour un beau mercredi
qui commence aec humour et magie :-)


:0014:dom 27/01/2010 07:18


Comme quoi ... il suffit de peu de chose !
Bon mercredi ! Bisoux frisquets


AndreBouchaud 27/01/2010 07:09


Coucou Florence passe une agréable journée pleins de bisssssssssssssssous Marie André


Martine 27/01/2010 06:39


Depuis hier, je ne peux pas lire ni regarder les photos en détail sans fatiguer mon oeil qui est irrité et me fait souffrir . Je ne suis pas passée hier aujourd'hui je passe juste pour te dire que
je ne t'oublie pas et je reviendrai . Bises $$$


françoise 27/01/2010 05:53


C'est toi qui écris de si jolies histoires, alors un grand bravo, c'est extra !
bise$
fra


Un Sujet En Particulier ?

Sur ce blog il y a

Passe ta souris sur la première lettre de chaque ligne

Blogopotes

Cet ensemble de miniatures, représente mes amis, les personnes chez qui j'aime flâner et faire un petit coucou , laisser un commentaire chaque fois que j'en ai envie.

 

Si vous désirez vous y retrouver, laissez-moi un coucou à votre tour, je me ferai un plaisir de vous y accrocher et j'irai vous écrire une petite bafouille à mon tour.

Pose ton curseur sur les miniatures, tu verras apparaître les pseudonymes et tu auras le lien du blog

 

 

Alain TreiZe Aummani chtinoeil bubuneJoëlCannelle Dany Dix DomSimone Déesse GL katara PatriciaMamyAnnick Marie M-T Michel Nouche Patmamy QuichottineBigornette Nanou SpipAlainJeeretGabClnKinouLCDAndréla-cachinaM_PZip de loupTatarinetteAlinebikerMahinaFrançoisePaqueretteLaurentPatriarchGeoElianeValentineJ-P SilvestreMentaleJeanCricketValerieTiotTimiloKryNefertitiMartineTotoFancriSylfanfleur de lysBrenPhilippeZapiCloMichelOcecoolMartineRogerNadiaD@net

---------------------

Mon troisieme recueil

Thebook edition a classé mon recueil dans la catégorie adultes, certains de mes poèmes étant érotiques

Acheter Foucades en mots tressés

http://a-fleur-de-plume.eklablog.com/

Ah tu es là

Mon premier recueil de poésies

Un second recueil avec une meilleure présentation et de nouveaux poèmes,  vient de voir le jour .

N'hésitez pas à vous l'offrir ou à l'offrir pourquoi pas !

 

Le livre