Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 00:00

 

 

L’histoire des cousines des célèbres charentaises !
Les parenthèses ne se chaussent qu’à un certain degré de maturité.
John, un grand explorateur s’apprête à les enfiler.
Mais à peine ses pantoufles mises, voilà qu’il s’ennuie…
Il va alors partir à la découverte d’un monde qu’il ne connaissait pas…et qui pourtant est tout près de lui !

Les parenthèses étaient des pantoufles qui ne se chaussaient que lorsqu’on avait un certain âge, qu’on disposait d’un degré de maturité avancé. Il en existait une paire pour chacun, formée exactement aux pieds qui allaient venir dedans.
-« Pour nous, c’est pour bientôt, c’est sûr ! Depuis le temps que nous l’attendions, nous en sommes toutes excitées ! » dirent les parenthèses marrons.
-« Ah oui ? Et savez-vous comment il s’appelle ? » questionnèrent les parenthèses rayées.
-« Il nous semble que c’est John, mais nous n’en sommes pas sures. Bientôt, nous serons avec lui alors nous aurons tout le temps de le lui demander… Enfin, nous serons réunis ! »
Les parenthèses marrons attendaient leur « John » depuis plusieurs années. Apparemment, pour lui, la maturité avait été longue à venir.
Faut dire que John était un explorateur de renom. Il avait parcouru le monde entier, à l’affût de la plus petite découverte. L’Amérique, l’Afrique, l’Asie n’avaient plus de secrets pour lui. D’Australie, il avait ramené plein de souvenirs, des terres immenses et des îles paradisiaques. Quant à l’Arctique, il l’avait enchaîné derrière l’Antarctique, et ma foi, il n’avait pas trouvé beaucoup de différences entre les deux pôles pourtant diamétralement opposés : du blanc partout, des phoques, des pingouins… L’Arctique ne l’avait pas surpris, et c’était ce qui le poussait aujourd’hui vers ses parenthèses marrons.
Pourtant, il s’était bien juré de ne jamais les chausser. C’était vrai, quoi ! Ces pantoufles marrons n’étaient pas pour lui. Imaginez, un aventurier avec, aux pieds, des douillettes mules…
C’était évident, ça n’allait pas ensemble ! Mais, maintenant, il semblait que le moment fut venu. Ses derniers voyages ne lui avaient pas procuré le frisson tant aimé de la découverte. Son œil n’avait pas pétillé quand il avait pour la première fois regardé les paysages du continent blanc.
Tant pis, il allait passer à autre chose… Ah, voilà qu’il apercevait ses parenthèses marrons, soigneusement rangées côte à côte, prêtes à l’accueillir.
Un peu plus loin, il aperçut des parenthèses rayées, mais celles-ci n’étaient pas pour lui. John allongea ses jambes et pointa ses pieds pour glisser plus facilement à l’intérieur. Plus que quelques mètres, John paniqua : était-il sûr ?
Trop tard, le voilà les pantoufles aux pieds, bien enveloppés dans un cocon moelleux.
-« C’est vrai que c’est bien confortable, ces parenthèses-là. Cela fait du bien de reposer ses pieds voyageurs. Enfin, ils vont pouvoir se laisser aller… »
Il faut dire que les parenthèses marrons se donnaient du mal pour recevoir leur hôte. Doux massages, caresses enveloppantes, chaleur légèrement pulsée. Cette première rencontre devait être inoubliable et sceller à jamais leur union.
John et ses parenthèses connurent ainsi des premiers moments de plaisir et de bonheur partagé. Finalement, ils étaient heureux de se retrouver.
Mais, au bout de quelques mois, John manifesta des signes d’ennui.
-« Je suis bien chez vous » dit-il, « mais l’action me manque. J’ai les pieds qui me démangent d’aller courir le monde… »
-« Voyons John ! » répondirent les parenthèses, « tu as tout vu dans tes voyages. Pas un coin de terre qui ne te soit étranger. Où veux-tu donc aller ? »
-« Je ne sais pas, quelque part, mais je ne puis plus rester là. »
Les parenthèses marrons tentèrent tant bien que mal de le distraire : cassettes video de voyages, discussion avec les autres parenthèses rayées, depuis habitées, séjour devant la cheminée… Mais rien n’y fit. John dépérissait. A l’intérieur des pantoufles, ses pieds s’amaigrissaient…
-« Nous voilà bien ! A peine arrivé, v’là qu’il veut repartir ! » gémirent les marrons.
-« Sortez-le un peu dans le jardin ! » proposèrent les rayées.
-« Bonne idée ! Nous allons l’aérer ! »
Et voilà, John et ses mules, dans le jardin. Sans conviction, John se promena dans les allées.
-« Pssst ! Pssst ! » entendit-il, tout à coup.
-« Hein ? Qui lui parlait ? »
-« C’est moi, Joliette, la coccinelle, est-ce vrai que tu as fait plein de voyages ? Pourrais-tu me dire comment sont mes cousines d’Asie ? »
-« Heu, je ne sais pas… » dit John, surpris.
-« Et les fleurs, sont-elles aussi bonnes à butiner qu’ici ? »
-« Et les arbres, perdent-ils aussi leurs feuilles en hiver ? »
-« Et les oiseaux, sont-ils autant voraces que par ici ?... »
Bigre ! Toutes ces questions auxquelles il ne pouvait pas répondre.
-« Mais qu’as-tu donc vu dans tes voyages ? Pas grand-chose, on dirait… Bon, moi, je te propose de te faire découvrir mon jardin. Et crois-moi, il y a de quoi faire… »
Et voilà comment John, l’explorateur, passa le restant de sa vie à découvrir, avec ses parenthèses marrons, le jardin attenant à sa maison.
Cela fait cinquante ans que ça dure, et je peux vous dire qu’aujourd’hui encore, il continue à s’émerveiller de tout ce qu’il y découvre !



Conte pour enfants du monde -Valérie Bonenfant
( Devinez qui je suis)




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Violette La Voisine 07/05/2012 22:35

Un conte plein de sagesse que j'ai beaucoup de plaisir à relire .
Je te souhaite une belle selaine Flo

Mamy ANNICK 06/05/2012 20:21

joli conte ; je te souhaite une douce soirée - bisous Mamy ANNICK

Palominette 06/05/2012 19:36

Eh oui, pourquoi rechercher si loin ce qu'il y a tout près? Il nous faut bien du temps pour comprendre ça, le temps de la maturité. Et ce n'est pas le même pour tous. Certains ne metteront jamais
de pantoufles...
Bises

Valentine :0056: 06/05/2012 18:00

Très joli !!
(C'est toi, Valérie Bonenfant ??)

Flo-Avril 06/05/2012 21:55



Qui sait


 



Alrisha 06/05/2012 17:57

Effectivement, nul n'est besoin d'aller à l'autre bout du monde si on ne sait même pas regarder à ses propres pieds la nature au devant de sa porte !
Bises et bonne fin de dimanche Flo !

René-Pierre 06/05/2012 17:27

Bonjour chère Flo,
Merci pour le partage de cette histoire "du conte pour enfants du monde de Valérie Bonenfant". J'ai aimé la lire, je vous souhaite à tous les deux une bonne soirée.
René et Florence

Flo-Avril 06/05/2012 21:55



Merci à tous deux :0010:



Kri 06/05/2012 16:31

Le monde est merveilleux ... au fond de mon jardin
Bizzz Flo

Lmvie 06/05/2012 12:06

On peut voyager loin et "voir" aussi ce qui est proche.
Mais c une belle histoire

Bisous bisous ma Flo

Quichottine 06/05/2012 10:21

Le conte est magnifique !

Merci pour cette parenthèse dans ma journée un peu trop grise.

Bisous et doux dimanche, Flo.

daphne44 06/05/2012 10:18

Un joli conte , comme quoi il faut parfois savoir apprécier ce que l'on a en France , pourquoi aller voir ailleurs , enfin c'est mon ressenti
bonne journée Flo
amitiés

canelle56 06/05/2012 09:49

Jolie morale .....merci Flo

A quoi ça sert d'aller si loin alors que tout près il y a tant de choses à decouvrir !
Bises

Laret 06/05/2012 09:20

Tres beau conte!J'essaie de deviner...Mon enfant,ma fille Anne-Sophie a...30 ans.Et elle ne veux pas d'enfants!Tres bon dimanche à toi,Jean-Pierre.

cerisette et l'art 06/05/2012 09:15

pas très sexy mais si confortables, je ne me suis jamais décidée d'en porter
bonne journée
bisoussssssssss

Jaffy-fleur de lys 06/05/2012 09:13

jolie histoire, bon dimanche. bisous

khanel3 06/05/2012 09:07

Passes un bon dimanche

Dicentim 06/05/2012 08:32

Un très bon dimanche à toi
entre parenthéses (mon amie) flo.
bisous
:-)

biker06 06/05/2012 07:41

hello Flo

Dernier jour avant le voyage , je prendrai donc le temps d'aller voter aujourd'hui, puis ensuite de se changer les idées pendant presque un mois pour ne plus entendre les médias français et leur
campagne nauséabonde.

Vive les vacances à l'etranger ! hi hi hi hi

Je te souhaite un bon dimanche ....

Bisous

@ + Pat

:0014: ♥ dom ♥ 06/05/2012 07:14

Joli conte.
Bon dimanche.
Bisoux

Ymirose 06/05/2012 07:11

Je suis restée une enfant chaussée de parenthèses...Merci pour cette délicieuse histoire, Flo ! Bon dimanche. Bises.

Beau poèmepatriarch 06/05/2012 06:50

Alors je suis encore enfant !!!!! Merci bien j'aime... Bises

Un Sujet En Particulier ?

Sur ce blog il y a

Passe ta souris sur la première lettre de chaque ligne

Blogopotes

Cet ensemble de miniatures, représente mes amis, les personnes chez qui j'aime flâner et faire un petit coucou , laisser un commentaire chaque fois que j'en ai envie.

 

Si vous désirez vous y retrouver, laissez-moi un coucou à votre tour, je me ferai un plaisir de vous y accrocher et j'irai vous écrire une petite bafouille à mon tour.

Pose ton curseur sur les miniatures, tu verras apparaître les pseudonymes et tu auras le lien du blog

 

 

Alain TreiZe Aummani chtinoeil bubuneJoëlCannelle Dany Dix DomSimone Déesse GL katara PatriciaMamyAnnick Marie M-T Michel Nouche Patmamy QuichottineBigornette Nanou SpipAlainJeeretGabClnKinouLCDAndréla-cachinaM_PZip de loupTatarinetteAlinebikerMahinaFrançoisePaqueretteLaurentPatriarchGeoElianeValentineJ-P SilvestreMentaleJeanCricketValerieTiotTimiloKryNefertitiMartineTotoFancriSylfanfleur de lysBrenPhilippeZapiCloMichelOcecoolMartineRogerNadiaD@net

---------------------

Mon troisieme recueil

Thebook edition a classé mon recueil dans la catégorie adultes, certains de mes poèmes étant érotiques

Acheter Foucades en mots tressés

http://a-fleur-de-plume.eklablog.com/

Ah tu es là

Mon premier recueil de poésies

Un second recueil avec une meilleure présentation et de nouveaux poèmes,  vient de voir le jour .

N'hésitez pas à vous l'offrir ou à l'offrir pourquoi pas !

 

Le livre