Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 00:30

 

 

 

Que de choses dans un encrier ! disait quelqu'un qui se trouvait chez un poète ; que de belles choses ! Quelle sera la première œuvre qui en sortira ? Un admirable ouvrage sans doute.
- C'est tout simplement admirable, répondit aussitôt la voix de l'encrier ; tout ce qu'il y a de plus admirable ! répéta-t-il, en prenant à témoin la plume et les autres objets placés sur le bureau. Que de choses en moi ... on a quelque peine à le concevoir ... Il est vrai que je l'ignore moi-même et que je serais fort embarrassé de dire ce qui en sort quand une plume vient de s'y plonger. Une seule de mes gouttes suffit pour une demi-page : que ne contient pas celle-ci ! C'est de moi que naissent toutes les œuvres du maître de céans. C'est dans moi qu'il puise ces considérations subtiles, ces héros aimables, ces paysages séduisants qui emplissent tant de livres. Je n'y comprends rien, et la nature me laisse absolument indifférent ; mais qu'importe : tout cela n'en a pas moins sa source en moi, et cela me suffit.
- Vous avez parfaitement raison de vous en contenter, répliqua la plume ; cela prouve que vous ne réfléchissez pas, car si vous aviez le don de la réflexion, vous comprendriez que votre rôle est tout différent de ce que vous le croyez. Vous fournissez la matière qui me sert à rendre visible ce qui vit en moi ; vous ne contenez que de l'encre, l'ami, pas autre chose. C'est moi, la plume, qui écris ; il n'est pas un homme qui le conteste et, cependant, beaucoup parmi les hommes s'entendent à la poésie autant qu'un vieil encrier.
- Vous avez le verbe bien haut pour une personne d'aussi peu d'expérience ; car, vous ne datez guère que d'une semaine, ma mie, et vous voici déjà dans un lamentable état. Vous imagineriez-vous par hasard que mes œuvres sont les vôtres ? Oh ! la belle histoire ! Plumes d'oie ou plumes d'acier, vous êtes toutes les mêmes et ne valez pas mieux les unes que les autres. A vous le soin machinal de reporter sur le papier ce que je renferme quand l'homme vient me consulter. Que m'empruntera-t-il la prochaine fois ? Je serais curieux de le savoir.
- Pataud ! conclut la plume.
Cependant, le poète était dans une vive surexcitation d'esprit lorsqu'il rentra, le soir. Il avait assisté à un concert et subi le charme irrésistible d'un incomparable violoniste. Sous le jeu inspiré de l'artiste, l'instrument s'était animé et avait exhalé son âme en débordantes harmonies.
Le poète avait cru entendre chanter son propre cœur, chanter avec une voix divine comme en ont parfois des femmes. On eût dit que tout vibrait dans ce violon, les cordes, la chanterelle, la caisse, pour arriver à une plus grande intensité d'expression. Bien que le jeu du virtuose fût d'une science extrême, l'exécution semblait n'être qu'un enfantillage : à peine voyait-on parfois l'archet effleurer les cordes ; c'était à donner à chacun l'envie d'en faire autant avec un violon qui paraissait chanter de lui-même, un archet qui semblait aller tout seul. L'artiste était oublié, lui, qui pourtant les faisait ce qu'ils étaient, en faisant passer en eux une parcelle de son génie. Mais le poète se souvenait et s'asseyant à sa table, il prit sa plume pour écrire ce que lui dictaient ses impressions.
« Combien ce serait folie à l'archet et au violon de s'enorgueillir de leurs mérites ! Et cependant nous l'avons cette folie, nous autres poètes, artistes, inventeurs ou savants. Nous chantons nos louanges, nous sommes fiers de nos œuvres, et nous oublions que nous sommes des instruments dont joue le Créateur. Honneur à lui seul ! Nous n'avons rien dont nous puissions nous enorgueillir.»
Sur ce thème, le poète développa une parabole, qu'il intitula l'Ouvrier et les instruments.
- A bon entendeur, salut ! mon cher, dit la plume à l'encrier, après le départ du maître. Vous avez bien compris ce que j'ai écrit et ce qu'il vient de relire tout haut ?
- Naturellement, puisque c'est chez moi que vous êtes venue le chercher, la belle. Je vous conseille de faire votre profit de la leçon, car vous ne péchez pas, d'ordinaire, par excès de modestie. Mais vous n'avez pas même senti qu'on s'amusait à vos dépens !
- Vieille cruche ! répliqua la plume.
- Vieux balai ! riposta l'encrier.
Et chacun d'eux resta convaincu d'avoir réduit son adversaire au silence par des raisons écrasantes. Avec une conviction semblable, on a la conscience tranquille et l'on dort bien ; aussi s'endormirent-ils tous deux du sommeil du juste.
Cependant, le poète ne dormait pas, lui ; les idées se pressaient dans sa tête comme les notes sous l'archet du violoniste, tantôt fraîches et cristallines comme les perles égrenées par les cascades, tantôt impétueuses comme les rafales de la tempête dans la forêt. Il vibrait tout entier sous la main du Maître Suprême. Honneur à lui seul !

 

 

Conte pour enfants du monde.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Annick 09/04/2010 03:05


la plume,l'encrier...pourtant "inséparables" voulaient chacun son heure de gloire....et ne sont plus que souvenirs....
et le poète est passé par là!
bises amicales.


zapi 08/04/2010 22:35


Très joli conte, bonne soirée !


mentale 08/04/2010 18:47


passage du jeudi!

$$


Oo° Kri °oO 08/04/2010 17:54


Très belle joute verbale entre ces acteurs de l'écriture ...
€€


@lain (P'tit Randonneur) 08/04/2010 16:23


Bonjour Flo
Un petit passage rapide, je dois filer faire de la musique mais je tenais quand même à te rendre visite avant de partir.
Gros bisous
@lain €€€€


Nettoue 08/04/2010 15:49


C'est une histoire fine et originale, qui m'a plu. Bien entendu, l'encrier doit insuffler les mots à son tour.
Bonne journée Flo
Nettoue


Corinne 08/04/2010 15:02


ton texte me fais remonter assez loin dans mes pensées
Je pense au CP quand on a appris à écrire à la plume
Chaque semaine un élève était choisi pour remplir les encrier mais
avec nous les mots ne danser pas toujours sur la bonne musique, ils ne valsaient pas très bien sur le papier et parfois , même très souvent, nous formions de très gros pâtés sur notre copie
De chouettes souvenirs me sont revenus en te lisant
Je te fais de gros bisous

€€€€€€€€€


Michel 08/04/2010 14:44


C'est une belle histoire, bien racontée, dans un beau style.

Bonjour Flo !!!!! Très grandes bises !!!!!


Quichottine 08/04/2010 14:11


Juste un passage du jeudi... j'espère que tu vas bien.
Je t'embrasse très fort.


Eliane 08/04/2010 14:10


Bonjour,

Un ciel de coton sale, du crachin humide et froid

Ah quelle différence en quelques jours !

Gardons le moral, le soleil reviendra

chaud, lumineux et rayonnant pour notre plaisir

A bientot

Parfums de Campagne €liane


Joël 08/04/2010 12:31


Bonjour Flo,
bises et bonne journée.
Jo.


Dany 08/04/2010 10:51


cela me rappelle l'époque où on écrivait avec une sergent major!! moi, je faisais plus de taches que de vers ;=)), $$$,bonne journée


:0091: :0010: :0085: 08/04/2010 08:44


Helloooooooo rien au menu ??


Martine 08/04/2010 07:09


Et le poète a toujours raison chantait ferrat et maintenant le poète n' a plus besoin ni de la plume, ni de l'encrier qui ont été remplacés par des doigts, un clavier, un écran.... Bisous $$$


françoise 08/04/2010 06:16


La plume et l'encrier, plein de souvenirs d'école
bise$
françoise


:0014:dom 08/04/2010 06:00


Joli conte ...
Bon jeudi ! Bisou$$$


belgique-chine 08/04/2010 05:49


très beau conte, j'aime bien
je suis heureux que tu apprecie mon sweet home
passe un bon jeudi bise flo


Jean 07/04/2010 22:05


Bonsoir
Toujours des beaux contes....
A coté de toi, je ne suis qu'un apprenti sorcier...
mais je me permet d'un mettre encore deux petits aujourd'hui...
Sincèrement
Jean


♥ Trinity ♥ :0023: 07/04/2010 17:45


Magnifique ce texte qui traduit bien que nous avons besoin les uns des autres pour avancer !
Merci pour ce moment d'agréable lecture !
Bises pour une douce soirée
Trinity


florence 07/04/2010 17:08


Une histoire édifiante...
Merci et bisous...
Florence


Un Sujet En Particulier ?

Sur ce blog il y a

Passe ta souris sur la première lettre de chaque ligne

Blogopotes

Cet ensemble de miniatures, représente mes amis, les personnes chez qui j'aime flâner et faire un petit coucou , laisser un commentaire chaque fois que j'en ai envie.

 

Si vous désirez vous y retrouver, laissez-moi un coucou à votre tour, je me ferai un plaisir de vous y accrocher et j'irai vous écrire une petite bafouille à mon tour.

Pose ton curseur sur les miniatures, tu verras apparaître les pseudonymes et tu auras le lien du blog

 

 

Alain TreiZe Aummani chtinoeil bubuneJoëlCannelle Dany Dix DomSimone Déesse GL katara PatriciaMamyAnnick Marie M-T Michel Nouche Patmamy QuichottineBigornette Nanou SpipAlainJeeretGabClnKinouLCDAndréla-cachinaM_PZip de loupTatarinetteAlinebikerMahinaFrançoisePaqueretteLaurentPatriarchGeoElianeValentineJ-P SilvestreMentaleJeanCricketValerieTiotTimiloKryNefertitiMartineTotoFancriSylfanfleur de lysBrenPhilippeZapiCloMichelOcecoolMartineRogerNadiaD@net

---------------------

Mon troisieme recueil

Thebook edition a classé mon recueil dans la catégorie adultes, certains de mes poèmes étant érotiques

Acheter Foucades en mots tressés

http://a-fleur-de-plume.eklablog.com/

Ah tu es là

Mon premier recueil de poésies

Un second recueil avec une meilleure présentation et de nouveaux poèmes,  vient de voir le jour .

N'hésitez pas à vous l'offrir ou à l'offrir pourquoi pas !

 

Le livre