Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 00:00



En Inde, les gens sont, pour le meilleur et pour le pire, très attachés à leurs traditions. Dans certains cas, même quand toutes les formes du devoir et des convenances semblent être respectées, la notion de mesure est perdue. Le comportement atteint alors des extrêmes qui n'étaient peut-être pas souhaitables. C'est ce que vous raconte cette histoire à la fois drôle, ambiguë et cruelle.
Une histoire indienne, souvent racontée sous des formes diverses, montre un oiseleur, un habile piégeur. Il capturait des oiseaux vivants et les vendait au marché.
Un jour, parmi ses prises, il comptait un pigeon femelle, qu’il emportait dans une cage en bambou.
Tandis qu’il traversait une épaisse forêt pour regagner sa demeure, un orage inhabituel frappa la terre. Toute marche était impossible. L’homme dut chercher un abri sous un arbre énorme. Il s’appuya contre l’arbre (auquel il demanda sa protection) et déposa près de lui, sur le sol, la cage qui renfermait le pigeon femelle et une autre cage, où se débattaient d’autres oiseaux.
Il se trouva que cet arbre était l’habitation de la pigeonne, sa capture, qui vivait là avec son mâle. Celui-ci, qui se cachait de l’orage dans les cavités du bois, entendit les plaintes de sa compagne. Il sortit craintivement et la vit prisonnière dans une cage, au-dessous de lui.
Les deux pigeons engagèrent la conversation, dans leur langage – que l’homme ne pouvait pas comprendre malgré son habitude des bois. Et les autres oiseaux crièrent au pigeon mâle :
– Vite ! Descends ! Délivre-nous !
– Il s’est endormi ! N’aie pas peur ! Viens !
En effet, le chasseur laissait tomber sa tête sur sa poitrine et s’abandonnait au sommeil.
Le pigeon mâle descendit de l’arbre et, à coups de bec, à coups de pattes, il s’attaqua aux liens qui fermaient la cage de la femelle…
– Que fais-tu ? lui dit celle-ci.
– Je lutte contre ces attaches.
– Pourquoi ? Tu as d’abord d’autres devoirs.
– Dis-moi.
– Cet homme a froid. Tu dois le réchauffer.
Le mâle parut très vivement surpris et dit à la femelle prisonnière :
– Réchauffer notre ennemi ? Cet homme qui t’a capturée et qui veut te vendre au marché ? As-tu perdu l’esprit dans le vent ?
– Non répondit fermement la femelle. Mon esprit est clair, même dans ma cage. Plus clair peut-être.
Mais les autres oiseaux criaient, tout en s’agitant dans leur cage :
– N’écoute pas cette insensée ! Délivre-nous ! Aucune hésitation n’est concevable !
Troublé par l’attitude de la femelle, le mâle lui demanda :
– Que veux-tu me dire ?
Tu as oublié ce que tu sais, lui répondit-elle. Notre ennemi a choisi cet arbre pour abriter un moment sa fatigue dans la tempête, et cet arbre est notre demeure. Cet homme est donc chez nous, il est notre hôte. Le destin, qui s’appelle aussi le hasard, l’a dirigé cette nuit jusqu’à nous. Même dans le territoire obscur du sommeil, la tête penchée, les bras faibles, il est plus précieux que nous. Nous lui devons respect et assistance.
– Ne l’écoute pas ! criaient les autres oiseaux. Ne te trompe pas sur ton devoir ! N’obéis pas à cette loi ! Une loi que l’on suit étroitement devient absurde !
– C’est le destin qui a déclaré cette tempête ! reprit un autre oiseau. C’est le destin qui a mené le chasseur jusqu’ici !
– Oui ! Pour que tu nous délivres !
– Et c’est le destin qui l’a endormi !
– Fais vite avant qu’il se réveille !
– Veux-tu voir ton épouse en esclave ?
Mais le pigeon mâle demeurait immobile devant la cage de la femelle. Et celle-ci, qui paraissait très calme et sûr d’elle, lui dit encore :
– N’écoute pas les cris des autres captifs qui sont prisonniers de leur souffrance. Néglige une pitié banale. Un ordre supérieur cette nuit nous commande. Ne sois pas insensible à cet ordre. Vois plus loin que moi. Va chercher du bois sec pour réchauffer cet homme et dépêche-toi, car il tremble.
Le mâle s’élança dans la forêt. Trouver du bois sec au fort de l’orage ne fut point facile. L’oiseau fit des dizaines et des dizaines de voyages, apportant des brindilles, des bouts d’écorce et de la mousse, qu’il entassait au pied de l’arbre à l’abri de la pluie, tandis que le piégeur, détruit par la fatigue, dormait.
Quand le tas lui parut assez gros, méprisant les cris d’indignation des autres oiseaux captifs, le pigeon mâle, encouragé par sa femelle, s’élança pour trouver du feu. Il pénétra, à ses périls, dans plusieurs demeures de paysans où du feu pétillait. Il se cacha, il rusa, il réussit à saisir et à emporter dans son bec une petite bûche embrasée. Il la tint sous son aile, se brûlant les plumes, pour la protéger de la forte pluie. Mais malgré ses efforts la braise s’éteignit.
Il recommença, deux fois, trois fois, quatre fois. A la cinquième tentative, à bout de résistance, il parvint à allumer le feu tout près du chasseur endormi.
La nuit tombait déjà. L’oiseau se tenait sur une des branches, épuisé par six heures d’efforts.
Le chasseur se réveilla et tendit ses mains vers la flamme. Il rajouta du bois au feu.
L’orage ne se calmait pas. Les deux pigeons, qui observaient alors le chasseur, le virent alors porter une main à son estomac.
– Il a faim, dit le pigeon femelle à son compagnon.
– Oui, il a faim, lui dit le mâle. Il est notre hôte. Nous devons le nourrir.
– Tu as raison, lui dit la femelle emprisonnée. Nous devons le nourrir. Il le faut.
Ils s’étaient compris l’un l’autre. A cette heure tardive, il était illusoire de rechercher dans la forêt quelque nourriture pour le chasseur. Tout était sombre et hostile. Alors le pigeon mâle ferma ses ailes et se laissa tomber au milieu des flammes au-dessous de lui, sous les yeux étonnés du chasseur. En un instant ses plumes brûlèrent, sa peau se rôtit, sa vie se perdit.
Le chasseur, qui comprenait parfaitement le sens de ce geste, se sentit ému jusqu’aux larmes. Il ouvrit la porte de la cage et rendit la liberté à la femelle, tout en lui demandant pardon, ainsi qu’aux autres oiseaux.
Mais la femelle, au lieu de s’éloigner dans la forêt, rejoignit aussitôt son époux dans les flammes et brûla près de lui...

Contes pour petits et grands

Partager cet article

Repost 0

commentaires

TreiZe 24/08/2009 23:40

Conte magnifique et vraiment surprenant. L'Inde est décidément pleine de mystères.

Bisous tout doux.

TreiZe

Kasssoumay 24/08/2009 22:38

Un très joli conte pour les "moyens" trop dur pour les petits ....mais je l'ai copié et je le raconterai à Leah (7ans)....et puis je te dirai !

Bises

LANGLAIS 24/08/2009 20:04

merci de ta remarque il s'agit d'un problème que je vais résoudre
amicalement

Jean 23/08/2009 22:31

bonsoir
Quel dévouement... jusqu'au sacrifice....
Amitiés
Jean

Vincenzo 23/08/2009 17:00

Conte étrange et surprenant,

vive l'hospitalité !

Amicalement Votre
vincenzO

Bigornette 23/08/2009 16:41

Des gros bisous avant mon départ.... un conte étonnant comme tu sais si bien les dénicher, ... à bientôt Flo...mon blog est programmé...

cerisette 23/08/2009 14:00

bon dimanche
bisous
cerisette

Dalila 23/08/2009 11:35

Très belle histoire bien racontée mais combien triste.

Michel 23/08/2009 00:39

Bonsoir Flo !!!!! je vais lire ce conte demain !!!!

florence 22/08/2009 20:17

Magnifique histoire...Je redeviens enfant pour en jouir.
Bises Flo

honorius 22/08/2009 17:08

Une chose est sure, je ne suis pas ce genre de pigeon... Bon dimanche et gros bisous du vieux sorcier

soleil51 22/08/2009 16:25

A méditer ! !
Me revoilou après quelques jours passés au Caire ! !
Bonne journée et gros bisous de la terre des pharaons

J-P SILVESTRE 22/08/2009 15:44

Une allégorie sur le sacrifice de ceux qui n'hésitent pas à renoncer à leurs droits pour le plus grand bénéfice des exploiteurs ? Tant qu'ils en resteront inconscients, le monde continuera à tourner et je m'en voudrais de semer la discorde...

Lola 22/08/2009 14:53

Un conte intriguant, non par son écriture, mais par le partage d'idées qu'il offre. Il est parfois bien difficile de se mettre à la place d'autrui...
Bonne journée et merci du partage.

Dicentim 22/08/2009 11:49

Je partage avec toi,
ou l'inverse,
toute ma gentilesse,
avec la plus belle,
du t'chat.
:-)

Quichottine 22/08/2009 10:16

Un conte d'Inde... Là où les femmes ne survivent pas toujours à leur époux.

Mais c'est une belle et touchante histoire.

Merci, Flo. Passe un bon weekend. Bisous.

Joël 22/08/2009 09:56

Bonjour Flo,
une belle histoire qui se termine mal pour ce couple ! à méditer !
Bises et bonne journée.
Jo.

canelle56 22/08/2009 08:10

Merci pas grand chose a dire de plus...bises

nadia-vraie 22/08/2009 04:30

Quelle histoire! Je trouve que c'est beaucoup trop demander pour l'hospitalité.
Bon samedi Flo et à bientôt.

Un Sujet En Particulier ?

Sur ce blog il y a

Passe ta souris sur la première lettre de chaque ligne

Blogopotes

Cet ensemble de miniatures, représente mes amis, les personnes chez qui j'aime flâner et faire un petit coucou , laisser un commentaire chaque fois que j'en ai envie.

 

Si vous désirez vous y retrouver, laissez-moi un coucou à votre tour, je me ferai un plaisir de vous y accrocher et j'irai vous écrire une petite bafouille à mon tour.

Pose ton curseur sur les miniatures, tu verras apparaître les pseudonymes et tu auras le lien du blog

 

 

Alain TreiZe Aummani chtinoeil bubuneJoëlCannelle Dany Dix DomSimone Déesse GL katara PatriciaMamyAnnick Marie M-T Michel Nouche Patmamy QuichottineBigornette Nanou SpipAlainJeeretGabClnKinouLCDAndréla-cachinaM_PZip de loupTatarinetteAlinebikerMahinaFrançoisePaqueretteLaurentPatriarchGeoElianeValentineJ-P SilvestreMentaleJeanCricketValerieTiotTimiloKryNefertitiMartineTotoFancriSylfanfleur de lysBrenPhilippeZapiCloMichelOcecoolMartineRogerNadiaD@net

---------------------

Mon troisieme recueil

Thebook edition a classé mon recueil dans la catégorie adultes, certains de mes poèmes étant érotiques

Acheter Foucades en mots tressés

http://a-fleur-de-plume.eklablog.com/

Ah tu es là

Mon premier recueil de poésies

Un second recueil avec une meilleure présentation et de nouveaux poèmes,  vient de voir le jour .

N'hésitez pas à vous l'offrir ou à l'offrir pourquoi pas !

 

Le livre