Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2008 6 16 /08 /août /2008 00:00



Légende de Chine







Il y a bien longtemps, dans un tout petit village, vivaient un très vieil homme et sa femme. Ils n'avaient jamais pu avoir d'enfant et avaient adopté un petit chien qu'ils aimaient tendrement. Celui-ci, reconnaissant et fidèle, ne s'éloignait jamais d'eux et les suivait partout où ils allaient qu'ils travaillent dans leur jardin ou dans leur petit champ à la sortie du village.

Un jour que le vieux travaillait dans son jardin, il remarqua que le chien flairait et grattait en un certain endroit du gazon sous un vieux pin. Aussitôt, il arrêta sa pioche, et regarda. Le chien s'élança bientôt vers lui en aboyant de toutes ses forces et retourna au même endroit où il gratta avec ardeur. Il s'agita tellement que le vieil homme prit sa pioche et s'approcha du chien qui se mit à aboyer très fort. Le vieux donna quelques coups de pioche. Au bout d'un moment, il entendit un son clair et vit un coffre doré. Le vieux l'ouvrit et vit un riche trésor de pièces brillantes en or. Le vieux, appela sa femme qui l'aida à dégager le coffre et tous deux l'emportèrent à la maison. En un instant, grâce à leur petit chien, les deux vieux étaient devenus riches. Pour remercier l'animal, ils lui donnèrent à manger ce qu'ils pouvaient trouver de mieux et firent de sa couche un lit de prince tant elle était moelleuse.

Mais les nouvelles se propagent vite et dans le petit village, l'histoire de la découverte du trésor se répandit comme une traînée de poudre. Un de leurs voisins en perdit même le sommeil de jalousie. Il pensait sans cesse au bonheur des vieux et à leur fortune. Il se persuada que leur petit chien avait un don pour découvrir les trésors enfouis et il se rendit chez ses voisins afin qu'ils lui prêtent leur animal pour quelques jours.

- "Nous aimons tellement notre chien que nous ne saurions nous séparer de lui, pas même une heure", lui dit le vieillard.

Mais l'envieux ne se lassa pas. Chaque jour, il revenait avec la même demande, et comme les deux vieux étaient bons et qu'ils ne pouvaient refuser quoi que ce soit à un homme, ils finirent par prêter leur chien à leur voisin.

De retour chez lui, le voisin mena le chien dans son jardin. Aussitôt, il s'arrêta, flaira le sol et se mit à gratter. Le voisin accourut suivi de sa femme qui portait une pioche. Ils creusèrent la terre et trouvèrent un grand tas d'ordures puantes et de vieux os. L'homme fut rempli d'une violente colère. Il leva sa pioche avec rage et tua le petit chien.

Le méchant homme courut en geignant chez ses bons voisins et d'une petite voix leur dit:

-"Quel malheur! Votre petit chien est mort brusquement en arrivant dans mon jardin. Personne ne sait comment cela est arrivé. Je n'en suis pas responsable, et je vous en ai porté la nouvelle aussitôt, pour que vous puissiez l'ensevelir."

Avec beaucoup de tristesse, les deux vieux portèrent leur petit chien à l'endroit où il avait trouvé le trésor, et l'y ensevelirent sous le vieux pin. Ils pleurèrent car maintenant, ils n'avaient plus personne à aimer.

Cependant, une nuit, pendant que le vieillard dormait, son chien lui apparut en rêve et lui dit: -"Coupe l'arbre sous lequel je suis enseveli, et fais-en un mortier à riz. Cela te consolera."

Dès le matin, le vieillard raconta son rêve à sa femme. Celle-ci lui conseilla de suivre les instructions du chien. Il avait toujours été bon pour eux, son message ne pouvait être qu'un bon message. Le vieux coupa l'arbre et de son tronc, il fit un grand et beau mortier.

Le temps de la récolte du riz était arrivé. Le vieillard prit son nouveau mortier et y entassa les grains. Ceux-ci commencèrent à pousser mais au lieu de grains, il en sortit une quantité de pièces brillantes en or. Les deux vieux se réjouirent de tout leur cœur.

Mais les nouvelles se propagent vite et dans le petit village, l'histoire du mortier se répandit comme une traînée de poudre. Le voisin envieux en perdit le sommeil de jalousie. Il pensait sans cesse au bonheur des vieux et à leur fortune. Il retourna chez ses voisins et leur demanda de lui prêter leur mortier à riz.

- "Nous aimons tellement notre mortier que nous ne saurions nous séparer de lui, pas même une heure", lui dit le vieillard.

Mais l'envieux ne se lassa pas. Chaque jour, il revenait avec la même demande, et comme les deux vieux étaient bons et qu'ils ne pouvaient refuser quoi que ce soit à un homme, ils finirent par prêter leur mortier à leur voisin.

De retour chez lui, le voisin se mit vite à éplucher des grains de riz. Aidé de sa femme, il en amena des ballots entiers car il comptait bien faire une riche récolte de pièces d'or. Mais, cette fois encore, son avidité fut durement châtiée. Au lieu de pièces d'or, il n'en sortit que d'affreuses ordures puantes et de vieux os. L'homme fut rempli d'une violente colère. Il prit un marteau et avec rage et brisa le mortier en petits morceaux qu'il brûla.

Le méchant homme courut en geignant chez ses voisins et d'une petite voix leur dit:

-"Quel malheur! Votre mortier s'est mis à flamber sans raison. Personne ne sait comment cela est arrivé. Je n'en suis pas responsable, et je vous en ai porté la nouvelle aussitôt, pour que vous ne l'attendiez pas en retour."

Les bons vieux furent très peinés naturellement en apprenant ce qui était arrivé. Ils allèrent se coucher bien tristes. Une fois encore, le vieil homme vit son chien en rêve. Il le consola et lui dit d'aller chez son voisin et de lui prendre les cendres du mortier brûlé, de les emporter sur la grande route et, lorsque le roi passerait, de grimper sur les cerisiers encore dénudés et d'y répandre les cendres. Au passage du cortège royal, les cerisiers fleuriraient aussitôt, dans toute leur splendeur.

Le matin suivant, le vieillard alla chez son voisin et emporta les cendres de son mortier. Et comme le chien lui avait dit, il les mit dans un sac et s'en alla sur la grande route, là où les cerisiers étaient encore nus, car ce n'était pas encore la saison où les arbres se parent de leurs robes de fleurs multicolores et odorantes.

A peine arrivé, il vit venir sur la route, le roi et toute sa suite. Il grimpa bien vite sur un cerisier et au lieu de se jeter face contre terre comme le faisaient tous les sujets en signe de respect, il resta perché dans son arbre. Le roi, lorsqu'il l'aperçut, ordonna de saisir le vieux et de le châtier. Mais le vieillard, sans se laisser intimider, saisit les fines cendres de son sac et les répandit sur les arbres tout alentour. Aussitôt, tout fleurit et s'emplit de parfum enivrant. Le roi en fut si charmé et intrigué qu'il offrit de riches présents au vieillard et le fit venir dans son château pour l'honorer.

Mais les nouvelles se propagent vite et dans le petit village, l'histoire des cendres du mortier se répandit comme une traînée de poudre. Le voisin envieux en perdit le sommeil de jalousie. Il pensait sans cesse au bonheur des vieux et à leur fortune. Il ramassa les cendres du mortier qui restaient encore dans la cheminée, et se mit en route pour faire fleurir lui aussi les cerisiers en l'honneur du roi, puisque le vieillard en avait été tellement récompensé.

A peine arrivé, il vit venir sur la route, le roi et toute sa suite. Il grimpa bien vite sur un cerisier et au lieu de se jeter face contre terre comme le faisaient tous les sujets en signe de respect, il resta perché dans son arbre. Le roi, lorsqu'il l'aperçut, ordonna de saisir du voisin envieux afin de le châtier. Celui saisit les fines cendres de son sac et les répandit sur les arbres tout alentour. Aussitôt, d'affreuses ordures puantes et de vieux os volèrent au visage du roi et des hommes de sa suite et salirent leurs vêtements. Les gardes se saisirent du méchant homme et le rouèrent de coups. Ils le lièrent et le jetèrent en prison, où il resta de longues années.

Mais les nouvelles se propagent vite et dans le petit village, l'histoire du voisin envieux se répandit comme une traînée de poudre. Lorsqu'il fut enfin remis en liberté, personne ne voulut avoir affaire à lui et il mourut piteusement peu après.

Quant aux deux vieux, ils n'oublièrent jamais leur cher petit chien. Ils vécurent cependant heureux jusqu'à la fin de leur vie.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

fELIX 20/08/2008 06:25

Merci Flo , j'aime beaucoup ce style.
belle journee

clo (de retour) 19/08/2008 07:17

Coucou Flo :)
Cette légende est magnifique !
Les vacances sont finies ?
Bisous et bonne journée :)

Marilou 18/08/2008 20:08

Très charmant ! Bisous !

le bigorneau 17/08/2008 22:02

Pas trop de temps...je lirai une autre fois...ça m'a l'air d'être dans le style de ce que j'aime lire chez toi...mais mon mari attend l'ordi pour un truc important...donc je me sauve sans toutefois oublier de te faire des gros bisous...J'ai encore mes petites filles...du "boulot" et des "ballades"...peu de temps pour le net...

Louis CHATEL alias Gros Louis 17/08/2008 20:33

Pas beaux les envieux... Reprise demain le GL :0085:

ALINE 17/08/2008 20:17

Tres mignon et instructif... En ces temps de jeux olympiques.. Un peu de chinoiseries en plus ne fais pas de mal... lol ! Biz

Francis 17/08/2008 18:58

Bonne soirée Flo

:0010:

Le Carolo 17/08/2008 18:26

Demain après-midi, un article sera publié spécial Belgique.
Bonne Soirée
Amitiés & Bises
Laurent

Dulce 17/08/2008 12:00

Ah merci d'avoir mis cette légende dans ma communauté, elle me plaisait beaucoup !
Bisous et bon dimanche :-)

Quichottine :0010: 17/08/2008 11:25

Quel joli conte, Flo !

Merci...

Comme souvent, la gentillesse triomphe de l'envie, c'est doux et tendre.

:0037::0038::0075::0076::0110::0091: 17/08/2008 08:07

hello Flo j'arrive...es-tu prête ??

rene 17/08/2008 03:21

belle legende et bravo les perles de PC
bon dimanche bise
qing et rene

rene 17/08/2008 03:21

belle legende et bravo les perles de PC
bon dimanche bise
qing et rene

Corinne 17/08/2008 00:53

La jalousie est vraiment un vilain défaut
Bisous

Dulce 17/08/2008 00:43

Je venais te remercier de t'être inscrite dans ma nouvelle communauté...
J'ai validé ton blog avec beaucoup de plaisir :-)
Gros bisous ;-)

Dulce 16/08/2008 22:12

Bonsoir ma petite Flo.
Quelle belle légende !
L'affreux envieux, il n'apprenait pas de ses erreurs !
Rien ne sert d'envier, on ne fait que perdre son temps et on en oublie d'être heureux soi-même !
Bisous et à bientôt :-)

katherine 16/08/2008 16:53

Un magnifique conte.
"Bien mal acquis , ne profite jamais";
Bisous

Michel 16/08/2008 16:23

Bonjour Flo !!!

Quelle histoire ! Très grandes bises !!!!!!!

Marishka 16/08/2008 15:09

Bonjour.
Il ne pouvait être que Chinois ce beau conte ! Les Chinois ont le sens de la Morale ! Les méchants sont châtiés.
bonne fin de journée. Gros bisous. Marishka

siloe 16/08/2008 14:48

je passe te souhaiter une bien belle journée
bises

Un Sujet En Particulier ?

Sur ce blog il y a

Passe ta souris sur la première lettre de chaque ligne

Blogopotes

Cet ensemble de miniatures, représente mes amis, les personnes chez qui j'aime flâner et faire un petit coucou , laisser un commentaire chaque fois que j'en ai envie.

 

Si vous désirez vous y retrouver, laissez-moi un coucou à votre tour, je me ferai un plaisir de vous y accrocher et j'irai vous écrire une petite bafouille à mon tour.

Pose ton curseur sur les miniatures, tu verras apparaître les pseudonymes et tu auras le lien du blog

 

 

Alain TreiZe Aummani chtinoeil bubuneJoëlCannelle Dany Dix DomSimone Déesse GL katara PatriciaMamyAnnick Marie M-T Michel Nouche Patmamy QuichottineBigornette Nanou SpipAlainJeeretGabClnKinouLCDAndréla-cachinaM_PZip de loupTatarinetteAlinebikerMahinaFrançoisePaqueretteLaurentPatriarchGeoElianeValentineJ-P SilvestreMentaleJeanCricketValerieTiotTimiloKryNefertitiMartineTotoFancriSylfanfleur de lysBrenPhilippeZapiCloMichelOcecoolMartineRogerNadiaD@net

---------------------

Mon troisieme recueil

Thebook edition a classé mon recueil dans la catégorie adultes, certains de mes poèmes étant érotiques

Acheter Foucades en mots tressés

http://a-fleur-de-plume.eklablog.com/

Ah tu es là

Mon premier recueil de poésies

Un second recueil avec une meilleure présentation et de nouveaux poèmes,  vient de voir le jour .

N'hésitez pas à vous l'offrir ou à l'offrir pourquoi pas !

 

Le livre